Genève aura sa première Nuit des musées le 11 mai

PUBLIC Les festivités du samedi seront suivies par une Journée des musées le 12 mai. Une vingtaine d’institutions publiques et privées participent à l’opération.

L’Ariana fait bien sûr partie de l’opération.

L’Ariana fait bien sûr partie de l’opération. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout le monde, ou presque, avait sa Nuit des musées. Sauf Genève. Le Conseil municipal s’en était ému dès décembre 2008, alors que Patrice Mugny restait le magistrat en charge de la culture. Dès son accession au poste, Sami Kanaan envisageait donc la concrétisation de cette demande. «Je suis allé à celle de Lausanne, ce qui avait à l’époque intrigué la presse.»

Le magistrat est revenu ravi de son voyage au bout de la nuit. Il a même conservé le tarif vaudois («le moins cher de Suisse») pour notre ville. La première Nuit, qui se déroulera le samedi 11 mai, coûtera ainsi 10 francs tout compris. «Transports en commun compris.» Les moins de 18 ans et les titulaires de la carte 20 ans/20 francs bénéficieront bien sûr de la gratuité totale.

Une alliance

Il fallait un thème à cette Nuit, qui sera immédiatement suivie, le dimanche 12 mai, par la Journée des musées offerte, elle, à la population entière. C’est le mariage. «Dites OUI aux musées.» Tant privés que publics. Sur les quelque 23 institutions représentées, il en existe des deux genres. Le Musée d’art et d’histoire ou la Bibliothèque de Genève, c’est la Ville. Tel ne se révèle pas le cas avec la Fondation Martin Bodmer ou le Musée Barbier-Mueller. «Il existe une organisation faîtière depuis 1996», explique Boris Wastiau, en charge du MEG. «Elle s’est ici révélée bien utile.»

La métaphore matrimoniale va assez loin. Elle a déteint tant sur l’affiche que sur la brochure, aussi illisibles que laides avec leurs lettres rose et or. Elle pousse jusqu’au gadget remis aux participants. Ces derniers n’auront pas de bracelet, mais une alliance. Il y a des gens qui ont dû phosphorer dur du côté de la Ville.

Un galop d’essai

Bourrée de visites, de jeux et d’animations, puisqu’il s’agit avant tout de faire pénétrer dans les musées ceux qui n’y vont jamais, la Nuit sera-t-il éternelle? Non. Elle ressemblera un peu à celle des Bains, qui ne dure que trois heures. Tout commencera à la fermeture normale des institutions, à 17 ou à 18 heures. Les portes resteront ouvertes jusqu’à 21 heures, 22 heures ou plus, suivant les bonnes volontés. La Maison de Rousseau promet ainsi des «lectures subversives» jusque très tard. Tiens! On peut être à la fois subversif et subventionné…

Il s’agit bien sûr là d’un galop d’essai. Les choses risquent de se révéler différentes en 2014, après expérience. «De toute manière, Genève connaît le divorce depuis Jean Calvin», lance Isabelle Graesslé, directrice à Genève du Musée international de la Réforme.

Pratique

Site www.ville-geneve.ch/musees

(TDG)

Créé: 16.04.2013, 14h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Croisières: les superpaquebots débarquent
Plus...