Passer au contenu principal

Genève peut-il fonctionner sans l'immigration?

Les résultats de la votation du 9 février inquiètent le canton, dont l’essor économique doit beaucoup aux travailleurs extérieurs. Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des entreprises romandes, a débattu des perspectives genevoises avec Christina Meissner, cheffe du groupe UDC

De gauche à droite lors du face à face à la Maison des Associations: Christina Meissner, Irène Languin, Blaise Matthey.
De gauche à droite lors du face à face à la Maison des Associations: Christina Meissner, Irène Languin, Blaise Matthey.
Georges Cabrera

La Suisse a toujours eu avec son immigration une relation complexe. Preuve en a été faite une fois encore le 9 février: en adoptant l’initiative de l’UDC «Contre l’immigration de masse», une courte majorité d’Helvètes acceptait le retour au système de contingents annuels de travailleurs étrangers. Si cette politique des quotas est familière aux Confédérés, puisqu’elle prévalait avant 2002, il ne s’agira pas simplement de la rétablir. Car le texte inclut les frontaliers et les demandeurs d’asile dans les plafonnements.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.