Un Genevois veut bannir les fumoirs dans toute la Suisse

Initiatives fédéralesJean Barth, qui a réussi à faire adopter plusieurs initiatives, veut durcir la loi suisse contre la fumée. Il veut aussi interdire le tir des loups.

Jean Barth. Le Genevois a déjà lancé avec succès plusieurs initiatives cantonales.

Jean Barth. Le Genevois a déjà lancé avec succès plusieurs initiatives cantonales.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un groupe de citoyens genevois, emmenés par Jean Barth, a annoncé ce matin le lancement de deux initiatives populaires fédérales. La première, intitulée « Protection de la santé contre la fumée passive » vise à remplacer l’actuelle loi fédérale, jugée «totalement indigente» et ne respectant pas la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé, que la Suisse a pourtant signée. « La loi suisse autorise les fumoirs, alors que l’OMS considère qu’ils sont une source de pollution intérieure. Et la loi suisse permet à des établissements dont la superficie est inférieure à 80m2 de rester intégralement fumeurs », relève Jean Barth.

Rappelant que « la fumée passive tue en Suisse trois non-fumeurs par jour» et se fondant sur des études prouvant les bienfaits de l’interdiction de fumer sur la santé, le texte prévoit de bannir strictement la fumée des lieux de travail et des espaces fermés accessibles au public. Des exceptions existent pour les personnes ne pouvant pas se déplacer (prison, hôpital) mais il n’est plus question de fumoir. En effet, les études scientifiques citées par le comité d’initiative montrent que la qualité de l’air dans un espace enfumé est bien plus mauvaise que celle mesurée en pleine rue lorsque le taux de particules fines dépasse les seuils d’alerte fixés par les autorités. Surtout, l’air jouxtant le fumoir est lui aussi contaminé, ce qui met en danger la santé de ceux qui ne le fréquentent pas.

Les fumeurs en plein air bannis des entrées d'hôpitaux

Autre nouveauté, l’initiative prévoit d’interdire de fumer dans des espaces ouverts afin de protéger certaines personnes comme des malades, des enfants ou des personnes âgées. Sont notamment visées les entrées d’hôpitaux, de crèches ou d’établissements pour personnes âgées, autour desquelles un périmètre serait fixé pour éloigner les fumeurs des portes.

Droit à la vie pour les loups, lynx et ours

Le même comité lance une autre initiative « Pour la protection des grands prédateurs (ours, loup et lynx) ». L’objectif visé est d’interdire la mise à mort d’animaux qui contribuent à la richesse biologique de la faune. «Or, fin 2011, le lobby des chasseurs a obtenu du Parlement que la Suisse se retire de la Convention de Berne, ratifiée par 48 pays et protégeant les grands prédateurs», s’inquiète Jean Barth.

Pourquoi lancer ces deux initiatives en même temps? « Nous avons remarqué que les personnes intéressées par les enjeux de santé publique se montraient également sensibles à la protection des animaux », répond Jean Barth, qui souligne que le comité d’initiative est « libre de toute attache politique, idéologique, religieuse ou économique ». L’infatigable citoyen dont les initiatives ont, jusqu’ici, toujours été couronnées de succès, dispose de dix-huit mois pour faire valider deux fois 100 000 signatures. (TDG)

Créé: 18.06.2012, 12h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...