Genève joue les premiers de classe en matière de sécurité

ProspectivePierre Maudet présente sa stratégie sécuritaire 2030, une première en Suisse. Son but: anticiper les risques futurs et s’y préparer.

Le conseiller d’Etat Pierre Maudet

Le conseiller d’Etat Pierre Maudet Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le conseiller d’Etat Pierre Maudet est le premier à le reconnaître: «Dans le domaine policier, il est difficile de lever la tête du guidon tant on est sans cesse appelé à répondre aux urgences.» Cette prise de recul en matière de sécurité, c’est précisément le fondement de la stratégie sécuritaire 2030 que le magistrat a présenté mercredi. Du moins son premier tome, le second étant promis pour l’année prochaine.

«Nous sommes le premier canton à nous livrer à l’exercice, explique le chef du Département de la sécurité. Nous savons par conséquent que le résultat est perfectible.» Il est le fruit d’une réflexion menée durant un an sous l’égide du Conseil consultatif de la sécurité et se base sur un large processus de consultation.

Faire mieux avec autant

D’une manière générale, la mise en œuvre de la stratégie reposera principalement sur une étroite coopération des acteurs de la sécurité (communaux, cantonaux et fédéraux), d’une mise en commun de leurs moyens et sur la synergie de leurs actions. «Il faudra être plus efficace avec les moyens dont nous disposons», résume André Duvillard, le délégué genevois au Réseau national de sécurité.

Le volet de l’anticipation des besoins en sécurité est évidemment l’un des points le plus intéressant, mais également le plus périlleux. «Aujourd’hui, on parle énormément de terrorisme et de gros moyens sont développés, mais qu’en sera-t-il dans deux ou quatre ans», cite par exemple Alexandre Vautravers, chargé de mission aux questions stratégiques du département. La solution? Il faut que les principes d’action soient durables, souples, et servent de lignes directrices aux réponses du gouvernement, quels que soient les dangers ou les menaces pouvant survenir à l’avenir.

Nouvelles vulnérabilités

Pour fournir des exemples de problématiques sécuritaires sur lesquelles il faudra continuer à plancher, Pierre Maudet évoque évidemment la cybercriminalité ou le terrorisme, mais aussi les effets du vieillissement de la population. «Des personnes âgées qui se retrouveraient isolées chez elles, et donc vulnérables, pourraient être la proie d’un nouveau type de banditisme», précise-t-il.

Pour en revenir au document présenté hier, il se décline en quatre axes stratégiques. Le premier est celui, déjà évoqué, de l’intensification des coopérations. Le deuxième concerne la prévention, la protection et la répression. Le troisième explore la sécurité en lien avec la Genève économique, internationale et touristique. Enfin, le dernier axe vise à l’amélioration de l’efficacité des missions de protection de la population et de la protection civile.

Concernant cet axe, une réforme est déjà en cours. Le plan OSIRIS va ainsi laisser place à une nouvelle Organisation en cas de catastrophe (ORCA). A cet effet, un état-major cantonal de crise et d’analyse des risques (EMCC) sera constitué. Pierre Maudet annonce également une refonte complète du concept cantonal de détention. ou des mesures de prévention de l’extrémisme violent et de la radicalisation.

(TDG)

Créé: 15.03.2017, 19h19

Articles en relation

La sécurité routière sera enseignée par des professeurs

Education Depuis quarante ans, des juristes dispensent l’éducation routière aux élèves. Ce sera désormais la tâche des maîtres de droit. Plus...

Le garrot vient compléter la panoplie des policiers

Sécurité La police cantonale et celle de Lausanne sont en train de munir leurs agents de trousses tactiques destinées à donner les premiers soins en cas de risque vital. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.