Passer au contenu principal

Genève joue les pionniers pour le bien des entreprises

L’Etat teste une simplification de démarches administratives grâce à une technologie jamais utilisée dans un autre canton.

Pierre Maudet, conseiller d’Etat: «A l’avenir, cette solution pourrait être généralisée à d’autres secteurs de l’administration, aussi bien cantonale que fédérale».
Pierre Maudet, conseiller d’Etat: «A l’avenir, cette solution pourrait être généralisée à d’autres secteurs de l’administration, aussi bien cantonale que fédérale».
Georges Cabrera

Son nom est «blockchain» et fait rêver tous les passionnés de technologie numérique ces dernières années. Ses applications seraient multiples, mais la chose est tellement nouvelle que les expériences dans les administrations publiques restent rares. Or, Pierre Maudet a annoncé mercredi que le Registre du commerce va tester cette technologie qui permet de sécuriser, et d’accélérer, les prestations qui relèvent de sa compétence. Genève est le premier canton en Suisse à s’essayer à l’exercice.

Démonstration à l’appui, le patron de l’Economie montre qu’en quelques clics, ce nouveau joujou permet de s’inscrire au Registre du commerce et d’obtenir la validation de cette inscription. Le tout est sécurisé grâce au blockchain(pas d’altération possible des documents), et l’information accessible à tous. «Notre objectif est de simplifier la vie des entreprises», résume Pierre Maudet.

En avance sur la loi

Le potentiel de cette technologie est impressionnant, mais la Suisse n’est pas encore tout à fait mûre pour son usage. «L’administration va procéder à un test quelques mois, précise le conseiller d’Etat. Durant cette phase pilote, les extraits électroniques n’auront pas de validité juridique.»

Genève ne peut procéder autrement, car il n’existe pas de base légale fédérale pour autoriser ce type de prestations par voie électronique. Mais Pierre Maudet estime que la Confédération va rapidement adapter la législation dans ce sens. Il est d’autant plus confiant que la Berne fédérale est très demandeuse et a même participé à la moitié du financement de l’opération (100 000 francs en tout) par le biais de e-government Suisse. «A l’avenir, cette solution pourrait être généralisée à d’autres secteurs de l’administration, aussi bien cantonale que fédérale», ajoute-t-il.

Démarches en ligne

Si l’expérimentation de cette technologie frappe particulièrement, elle n’est qu’un des éléments d’une action pour simplifier les multiples démarches administratives que doivent entreprendre les entreprises. Ainsi, un nouveau portail Internet regroupe tous les e-démarches et formulaires intelligents électroniques disponibles actuellement pour une entreprise. Ces démarches sont regroupées en quatre sections: création et autorisations, gestion du personnel, documents officiels, fiscalité et financement.

Ce portail est le fruit d’une réflexion engendrée par la demande d’un groupe d’entrepreneurs à l’occasion des dix ans de la Fondation d’aide aux entreprises, en septembre 2016. «Le but est simple, conclut Pierre Maudet. Le processus administratif ne doit pas charger exagérément les entreprises.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.