Genève interdit la vente de tabac aux mineurs

ParlementLa nouvelle législation proscrit la vente de tabac aux mineurs. Le vapotage est aussi concerné.

Le tabac génère des coûts de santé annuels de 10 milliards de francs en Suisse (environ à 600 millions de francs pour Genève).

Le tabac génère des coûts de santé annuels de 10 milliards de francs en Suisse (environ à 600 millions de francs pour Genève). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas de débat, rien, et pourtant. Vendredi après-midi, à l'instigation du conseiller d'État Mauro Poggia (MCG chargé de la Santé), Genève a décidé à l'unanimité de prohiber la vente aux mineurs de tabac et des produits assimilés, comme la cigarette électronique et le cannabis légal.

Genève n'est pas le premier canton à interdire le vapotage pour les mineurs, le Valais et Bâle campagne nous ayant précédés, mais c'est un coup de balai important. Jusqu'ici, Genève était en effet l'un des trois derniers cantons suisses à autoriser la vente aux mineurs. La loi place désormais la cigarette et les produits assimilés dans la même catégorie que l’alcool, les produits tabagiques seront donc interdits à la vente pour les moins de 18 ans. Le vapotage sera en outre prohibé dans les établissements publics. Des restrictions sur la publicité et la nécessité d’une autorisation de l’État pour en faire commerce sont introduites.

Aujourd'hui, un commerce sur deux ne respecterait pas la loi

Comme une loi n'est rien sans contrôle, les punitions visant les éventuels contrevenants sont durcies. Les commerçants indélicats pourraient perdre, temporairement ou définitivement, l’autorisation de faire commerce des produits litigieux. Il sera en outre possible à l'administration de pratiquer des achats-tests auprès des commerces pour veiller à la bonne application de la loi. Aujourd'hui, seuls 50% des commerces respecteraient les limites légales d'âge concernant la vente d'alcool.

Pour le Conseil d'État, il faut agir: le tabac génère des coûts de santé annuels de 10 milliards de francs en Suisse (environ à 600 millions de francs pour Genève). Et les jeunes sont particulièrement frappés: «Aujourd’hui, explique Mauro Poggia, plus de 8% des adolescents de 14-15 ans fument au moins une fois par semaine et que 25% des jeunes de 15-19 ans sont des fumeurs et la tendance ne baisse pas».

À Berne, la loi fédérale sur le tabac est aussi en cours de révision. En septembre, le Conseil des États a adopté un texte. Le Conseil national doit à son tour se prononcer cette année.

Créé: 17.01.2020, 17h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...