Genève, fief du combat contre le mercure

Environnement et santé La lutte contre les méfaits de ce métal lourd très toxique s’organise lors d’un sommet mondial.

Genève accueille ces jours 1300 délégués de 154 pays au centre de conférence de Varembé.

Genève accueille ces jours 1300 délégués de 154 pays au centre de conférence de Varembé. Image: MARTIAL TREZZINI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On l’associe volontiers à la santé du fait de sa présence dans les thermomètres. Le mercure est pourtant un métal des plus toxiques, digne de susciter un combat mondial contre les plaies qu’il engendre. Genève accueille ces jours 1300 délégués de 154 pays au centre de conférence de Varembé à l’occasion de la première réunion des parties d’un traité international, ratifié par la Suisse. Entré en force le 16 août, ce texte vise à encadrer plus strictement le commerce de mercure.

L’exportation de ce métal devrait notamment être soumise à une autorisation du pays destinataire, de façon à rendre les flux plus transparents. La partie ministérielle du sommet a démarré jeudi et se poursuit encore ce vendredi.

La Convention de Minamata, c’est son nom, évoque une ville japonaise qui a vécu un destin tragique. Les rejets d’une usine chimique installée en 1907 avaient contaminé sa baie et les poissons mangés par la population. Dès 1949, les gens furent atteints de maux mystérieux. Et les animaux domestiques aussi.

Les symptômes? Pertes de la sensibilité ou de la vue, troubles neurologiques ou mentaux. Mais aussi des centaines de décès. Une Japonaise sexagénaire affectée au stade fœtal a livré son témoignage cette semaine à Genève. La Suisse a aussi connu des pollutions, à Fribourg et en Valais.

Cheveu présidentiel exigé

Même de faibles doses peuvent s’avérer néfastes. Or des milliers de tonnes sont émises ou réémises chaque année dans le monde, produites à 90% par l’activité humaine, en particulier l’industrie chimique ou l’extraction minière, d’or notamment. Problème: le mercure se diffuse facilement, même dans l’air. L’ingestion de poissons et fruits de mer constitue la principale cause d’exposition à ce poison pour l’être humain.

Le réseau non gouvernemental IPEN vient de pratiquer des tests capillaires dans 25 pays sur 1044 femmes en âge de procréer: en moyenne, 53% d’entre elles présentent une concentration corporelle de mercure susceptible d’affecter les nerfs d’un bébé en gestation. Dans certains pays du Pacifique et d’Asie, la quasi-totalité des femmes dépassaient ce seuil alarmant. IPEN a demandé à Doris Leuthard de bien vouloir se soumettre elle aussi au test.

Un secrétariat convoité

«Si c’est utile pour défendre les intérêts de la Suisse, j’accepte», a répondu la présidente de la Confédération hier, face à la presse, dans le cadre du sommet genevois. La Suisse a en effet postulé afin que Genève accueille le secrétariat de la Convention de Minamata. C’est pour l’heure la seule candidate et cette proposition est bien partie, selon la démocrate-chrétienne qui a promis un million de francs si «une solution» est trouvée pour le secrétariat. «Genève est chère, je l’entends beaucoup, concède-t-elle. Mais la ville offre des synergies avec trois autres secrétariats.» Ceux-ci sont dévolus à d’autres conventions du même type et celui de la convention de Minamata s’y trouve déjà à titre provisoire.

Des exportations critiquées

Des organisations non gouvernementales demandent que, pour obtenir ce siège, la Confédération bannisse les exportations de mercure, comme le fait l’Union européenne depuis 2011. Berne doit promulguer cet automne les ordonnances appliquant la convention de Minamata. La présidente de la Confédération évoque «une solution intermédiaire», mais le but à terme est que «les exportations soient nulles», même si aucun délai ferme n’est prévu.

Interpellé par les Verts, le Conseil fédéral a indiqué en juin que les exportations suisses s’étaient réduites à 30 tonnes en 2016, près de quatre fois moins que la moyenne des années précédentes. Cette baisse est due à la décision d’une entreprise qui a volontairement restreint ses pratiques.

Créé: 28.09.2017, 20h48

Articles en relation

Leuthard salue un accord «historique»

Réunion sur le mercure La première réunion de la Convention de Minamata, qui veut limiter l'impact du mercure sur l'environnement, se tient jusqu'à vendredi à Genève. Plus...

La Suisse sonne la mobilisation contre le mercure

Environnement Marc Chardonnens, directeur de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), préside la la Conférence des Parties à la convention de Minamata (COP1). Plus...

Genève nouveau pôle de la lutte contre le mercure

Environnement La première réunion des Etats parties de la Convention de Minamata vont se réunir ce dimanche dans la Cité de Calvin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.