Genève extrait les pieux de sa piscine du bicentenaire

Chantier lacustreUne équipe de plongeurs professionnels est aux affaires. Une grosse semaine de travaux lacustres. Explications techniques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils allaient jusqu’ici par quatre dans un double alignement parfait. Huit pieux au garde-à-vous sur deux rangs. Depuis le milieu de la semaine, c’est «Rompez!» aux ordres de plongeurs, pacifiques et professionnels, chargés de faire disparaître ces reliquats à fleur d’eau - souvenir lacustre de la fameuse piscine en forme de croix suisse -, bien visibles depuis le pont de la Machine.

Le chantier attendu qui vient de s’ouvrir porte donc sur l’enlèvement des pieux de soutien. Il est assuré par l’entreprise Rampini et on commence par demander au responsable de sa section lac et rivière, Jean-Claude Barrère, de nous résumer la fiche technique des travaux en cours.

«Il s’agit d’abord de libérer le socle de chaque structure, en retirant les petits rochers de protection que nous avions entreposés en dôme tout autour, explique-t-il. Soit de la pierre calcaire provenant du Salève. Après quoi, on négocie chaque pieu au chalumeau découpeur, on sectionne le tube, en le coupant au fond du trou creusé précédemment; on met une plaque pour l’obturer, on replace les rochers, de telle sorte qu’il n’y ait pas d’obstacles susceptibles de péjorer le gabarit du Rhône. Au terme de notre intervention, planifiée sur 5 à 7 jours, le fond sera à nouveau plat et uniforme; il finira lui-même, avec le temps, par se reconstituer naturellement.»

Il faut maintenant faire le job. Sur le ponton flottant, un poste de contrôle de plongée et trois plongeurs aux affaires. Sous l’eau, à 6 mètres de profondeur, le quatrième manie la lance thermique, une longue baguette rigide contenant des alliages de métaux favorisant la combustion. Olivier est en immersion depuis deux bonnes heures déjà. Un pro lui aussi, qui a fait ses gammes un peu partout dans le monde, notamment sur des stations en Antarctique. Son collègue, Antoine Schaad, joue les chefs opérateurs en surface, pendant que deux autres collègues, Sarah et François, l’assistent depuis le canot.

«L’oxygène brûlé provoque un dégagement d’hydrogène, commente Antoine. Pour éviter qu’il ne s’accumule dans le tube et prévenir tout risque d’explosion, on prend soin de faire des trous servant d’exutoires.» Un panache de fumée sort de la structure apparente. Signe que la découpe est en cours.

Dans le même temps, on a pris soin de mettre les pieux en tension en surface pour diriger leur chute. «La bise a un peu troublé mais la visibilité reste bonne, poursuit le contremaître, et les débits du Rhône sont restreints.» Des conditions favorables confirmées par le plongeur au retour de sa mission matinale. «Le léger courant évite que la fumée ne stagne et que l’on doive travailler au toucher. Si le noir nous arrive dessus, on n’a que nos mains pour exécuter la tâche demandée. C’est très souvent le cas et on en a l’habitude», renchérit le plongeur de métier.

La suite, après les trois premiers pieux découpés? Les cinq autres! «Puis, on va les faire remonter avec des parachutes enchaînés qui les mettront en flottaison. Enfin, on les transportera jusqu’au quai où un camion-grue viendra les récupérer.»

Ce chantier, routinier pour ceux et celle qui l’exécutent, inédit pour le grand public, vaut le détour. Jusqu’au milieu de la semaine prochaine, on peut le suivre de la plate-forme du pont de la Machine.

Créé: 07.10.2016, 14h52

Articles en relation

La tartiflette de Ville-la-Grand bloquée à la frontière suisse

Grand Genève Le bicentenaire du rattachement de deux communes savoyardes à Genève révèle deux «Genferei» liées aux Douanes et à la police. Plus...

En 1816, le Pays de Gex est contraint de dire adieu à Meyrin

Histoire L’archiviste de la Commune propose un voyage dans le temps à la veille du début des festivités transfrontalières du bicentenaire. Plus...

Le canton de Genève fête les 200 ans de sa frontière

Bicentenaire du Traité de Turin La cession de communes de la Rive gauche par l’Etat sarde a été scellée le 16 mars 1816. Marqué par les préoccupations de l’époque, cet accord a donné sa forme quasi définitive au canton. Plus...

Les ex-communes savoyardes et françaises boudent leur 200e

Création du canton de Genève 1816: l'année sans été, l'année de Frankenstein et l'année des communes réunies. Plus...

Genève est suisse depuis 200 ans

Bicentenaire Le 19 mai 1815 était signé le document officialisant l'entrée de Genève dans la Confédération. Découvrez notre documentaire multimédia qui retrace ces événements historiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...