Pourquoi Genève est épargné par le pic de pollution

DécryptageLe niveau de particules fines se maintient en dessous du seuil d’alerte à Genève alors qu’il reste élevé dans la vallée de l’Arve

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que la Haute-Savoie tousse, Genève respire. D’un côté, la vallée de l’Arve dépasse depuis dix jours le seuil d’alerte aux particules fines (PM10) et adopte des mesures d’urgence (lire ci-après). De l’autre, à quelques kilomètres de distance, la Cité de Calvin conserve des valeurs raisonnables. La pollution s’arrêterait-elle à la frontière? Tour d’horizon des infos et intox avec Philippe Royer, directeur du Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants, et Didier Chapuis, directeur territorial à Atmo Auvergne Rhône- Alpes.

Le stratus renforce la pollution à Genève. Vrai et Faux

«Le phénomène de couvercle qui piège les polluants dépend de l’inversion des températures, et pas nécessairement du stratus», explique Philippe Royer. Genève a connu des périodes de forte concentration de particules fines par beau temps. Des éléments supposent d’ailleurs que le soleil pourrait favoriser des transformations chimiques et accentuer la pollution aux PM10. «C’est une hypothèse que nous devons vérifier», indique Didier Chapuis.

Genève bénéficie actuellement de conditions météo clémentes. Vrai

«En début de semaine, les prévisions météo indiquaient une inversion forte des températures à Genève, ce qui n’a pas été le cas finalement», relève Philippe Royer. Avec un vent plus soutenu que prévu, le brassage d’air a été suffisant pour éviter jusqu’à présent un pic de pollution.

Genève tient compte du même seuil de pollution que la France pour déclencher des mesures. Vrai

«La valeur limite légale de particules fines dans l’air est fixée à 50 microgrammes par mètre cube en moyenne journalière en Suisse comme en France», rappelle Philippe Royer. Dans le canton, il faut que deux stations de mesures dépassent ce seuil avant de déclencher les premières mesures. A savoir une limitation de la vitesse de 20 km/h sur l’autoroute de contournement. Hier après-midi, seule la station de Necker atteignait 52 microgrammes/m3.

Genève a moins de sources polluantes que la vallée de l’Arve. Vrai et Faux

Genève n’est pas épargné par la pollution, mais elle dispose d’atouts. «Si l’on étudie le territoire transfrontalier du Grand Genève, on observe qu’il y a deux fois plus de population du côté suisse que du côté français, alors qu’il y a deux fois plus d’émissions de particules fines côté français», constate Didier Chapuis. Comment l’expliquer? Genève utilise peu le chauffage au bois, contrairement à ses voisins qui bénéficient d’aides publiques pour l’installer. Son parc roulant comporte aussi moins de véhicules diesels, alors que ce carburant reste meilleur marché en France.

Le vent pousse la pollution genevoise vers la vallée de l’Arve. Faux

«Aujourd’hui, l’essentiel de la pollution de la vallée de l’Arve est produit localement», affirme Didier Chapuis. «Elle cumule plusieurs sources de pollution: les industries, un trafic routier important, des véhicules roulant en majorité au diesel, des chauffages au bois avec un habitat dispersé», complète Philippe Royer. L’augmentation de la population dans la région et du trafic routier n’aide pas. Tout comme la géographie. Dans ce long couloir encaissé, les polluants peinent à se disperser.

A contrario, la pollution est moins importante actuellement à Annemasse. «Dans ce secteur, la masse d’air est homogène avec Genève et la géographie fait que la pollution peut mieux se disperser», relève Didier Chapuis.

Les mesures à Genève sont différentes de celles en France. Faux

«Il n’y a aucune différence de mesures entre les deux pays», assure Philippe Royer. La coopération s’améliore d’ailleurs dans ce domaine. «Un programme franco-suisse réalisé entre 2013 et 2015 a permis de mettre en place les mêmes outils afin de poser un diagnostic en commun», rappelle Didier Chapuis. Un second projet vient d’être lancé dans le but de mener des actions conjointes sur l’ensemble du périmètre transfrontalier.

Créé: 10.12.2016, 10h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...