Passer au contenu principal

Genève fait des émules en vantant la naturalisation

Les demandes ont explosé dans le canton, avant le durcissement de l’accès au passeport suisse dès 2018.

Cérémonie de prestation de serment à la salle communale de Plainpalais, en juillet 2015.
Cérémonie de prestation de serment à la salle communale de Plainpalais, en juillet 2015.
Georges Cabrera

«Je le jure!» Le 13 décembre, cette phrase (ou, au choix, «Je le promets») a été prononcée par plus de 600 étrangers naturalisés, que le conseiller d’Etat à la tête du Département de la sécurité et de l’économie, Pierre Maudet, appelait nommément à tour de rôle. Ce n’est pas tous les jours qu’autant de nouveaux Suisses prêtent serment à Genève. Et ces cérémonies vont sans doute continuer à faire le plein jusqu’à ce que l’accès à la naturalisation soit réservé aux seuls détenteurs de permis C (lire encadré). D’autant que l’entrée en vigueur de la nouvelle législation, initialement prévue pour janvier 2017, a été reportée d’un an. Et surtout, la politique proactive du Canton en la matière a porté ses fruits, et elle fait des émules.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.