Passer au contenu principal

Des députés exigent l'arrêt de l’hébergement souterrain

Une motion de la gauche et du PDC demande au Conseil d’Etat ne plus loger de requérants d’asile plus de trois mois sous terre

Le Canton de Genève a logé des requérants d’asile dans des abris de protection civile en 1999, durant la guerre du Kosovo.
Le Canton de Genève a logé des requérants d’asile dans des abris de protection civile en 1999, durant la guerre du Kosovo.
Laurent Guiraud

Le collectif «Stop Bunkers» vient de gagner une étape importante. Après avoir dénoncé, fin janvier, les conditions de vie «inhumaines» des requérants d’asile en abri PCi à l’Hospice général, il a obtenu le soutien de plusieurs députés. Une motion des Verts, des socialistes, du PDC et d’Ensemble à Gauche sera déposée demain au Grand Conseil. Le texte demande notamment à l’Exécutif genevois «d’abandonner le recours aux abris de protection civile pour un hébergement de plus de trois mois», mais également de reloger rapidement les requérants d’asile vivant dans ces locaux souterrains depuis plusieurs mois.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.