Genève classée 2e ville suisse la mieux gérée

EtudeChargée des finances, Sandrine Salerno se réjouit du résultat d’une étude saluant la gestion financière.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voilà de quoi donner le sourire à Sandrine Salerno en ce début d’année. La conseillère administrative socialiste, chargée des finances, est ravie d’annoncer que Genève est la deuxième ville la mieux gérée de Suisse, et ce après avoir connu les tréfonds du classement. Selon le comparatif annuel établi par l’Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP) portant sur la santé ainsi que sur la qualité de la gestion financière, Neuchâtel arrive en tête, suivi de près par la cité du bout du lac puis par Berne. «Avec une note de 5,92 sur 6, Genève réalise même le quatrième score absolu depuis l’existence de ce classement!» s’enthousiasme la magistrate sur son blog.

Parmi les points positifs relevés par l’étude et par PME magazine, qui relaie l’information, on citera la part des investissements financés par les recettes propres. Ce taux atteint 138,74%. Ainsi que la diminution de la dette de la commune. Sandrine Salerno relève aussi que «les revenus de la Ville couvrent parfaitement ses charges (103%)».

Ce à quoi le conseiller municipal PLR Simon Brandt rétorque: «C’est parce que la loi l’y oblige!» Selon les explications de ce dernier, citant l’IDHEAP, «ce critère n’est pas probant en ce qui concerne les communes genevoises, dont la Ville, puisque la loi les oblige en effet à avoir un budget équilibré ou excédentaire». Même chose concernant la véracité des prévisions fiscales. «Là encore, la Ville n’y est pour rien. C’est le Canton qui fixe les prévisions pour les communes.» Il reconnaît toutefois que ce classement est «une bonne nouvelle, même si cela ne veut pas dire que tous les signaux sont au vert».

La bonne nouvelle, c’est aussi la remontée extraordinaire de Genève dans ce classement, «après deux exercices 2012 et 2013 en dessous de la marque qualificative du 4,0», souligne PME magazine. Simon Brandt, lui, ne peut s’empêcher de noter la soudaine volonté de communiquer de la magistrate: «Elle était moins loquace quand Genève était au fond du classement.» Sandrine Salerno évoque, elle aussi, ces «résultats en demi-teinte lors des deux exercices précédents, principalement en raison des dépenses liées à la recapitalisation de la Caisse de prévoyance de la Ville», pour mieux saluer «la solidité des finances».

(TDG)

Créé: 24.01.2017, 21h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...