Genève Aéroport convole avec l’Afrique de l’Est

AviationKenya Airways se lance à Cointrin, ce qui porte à huit par semaine le nombre de vols vers Nairobi et Addis-Abeba. Du jamais-vu.

Le Dreamliner de Kenya Airways, qui peut transporter 234 passagers, à son arrivée à Genève jeudi. Entre le canton et Nairobi, l'appareil fait escale à Rome.

Le Dreamliner de Kenya Airways, qui peut transporter 234 passagers, à son arrivée à Genève jeudi. Entre le canton et Nairobi, l'appareil fait escale à Rome. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un an jour pour jour après l’arrivée d’Ethiopian Airlines et au moment où cette compagnie inaugure une quatrième liaison hebdomadaire vers Addis-Abeba depuis Cointrin, Kenya Airways se lance à son tour. Le groupe kényan a ouvert jeudi une desserte de Nairobi à Genève, via Rome, quatre fois par semaine.

Huit avions partent désormais chaque semaine depuis le canton vers l’Afrique de l’Est. C’est d’autant plus que les compagnies moyen-orientales à Genève permettent déjà de rejoindre l’Afrique subsaharienne, via leur hub à Abu Dhabi, Doha ou Istanbul, et qu’à Zurich, Swiss propose aussi une desserte vers Nairobi.

D’une pierre deux coups

N’est-ce pas beaucoup? «Nous pensons qu’il y a un marché pour cela», estime Sebastian Mikosz, directeur de Kenya Airways, rencontré jeudi. «Le marché de l’aviation est en plein essor et il ne faut pas oublier que notre avion fait escale à Rome, ce qui nous fait deux points d’entrée en Europe d’un coup.» Nairobi accueille le troisième centre des Nations Unies, après ceux de New York et de Genève, et peut servir de hub à travers l’Afrique subsaharienne.

Le Boeing 787-800 Dreamliner de Kenya Airways utilisé à Genève recense 30 sièges en classe business et 204 en économie. «Au début, les premiers seront surtout occupés par des clients des organisations internationales de Genève et les seconds par des voyageurs de Rome, indique Sebastian Mikosz. Les choses s’équilibreront ensuite. On cible les expatriés et les touristes.» Le groupe africain cherche aussi à remplir la soute de son Dreamliner, capable de transporter vingt tonnes de fret, pourquoi pas avec des fleurs kényanes.

Dans l’avion de jeudi, 190 places avaient trouvé preneur et les réservations sont prometteuses, selon le patron polonais de Kenya Airways. Une compagnie lance rarement moins de quatre liaisons hebdomadaires car si les clients doivent trop patienter avant de faire le chemin inverse, ils optent pour un concurrent. Les pertes sont d’autant plus lourdes si le succès n’est pas au rendez-vous.

Ce contexte risqué incite en général les aéroports à aider les nouveaux venus. L’aérogare de Cointrin fait ainsi la part belle à d’immenses affiches proposant de découvrir la faune kényane par le biais de Kenya Airways. En juin 2018, le lancement d’Ethiopian Airlines s’était accompagné d’une campagne publicitaire en ville.

Grande compagnie africaine

Kenya Airways fait voler 42 appareils et a affiché des ventes de 1,2 milliard de dollars en 2018. Le transporteur figure parmi les cinq grandes compagnies africaines, derrière Ethiopian Airlines, South African Airways, Egyptair et Royal air Maroc (toutes sauf la deuxième atterrissent à Cointrin).

«On prévoit de faire voler quatre avions par semaine toute l’année, pas seulement pour la saison d’été», souligne Sebastian Mikosz, qui envisage déjà d’ajouter une cinquième liaison en cas de succès voire des vols vers Genève sans escale en Italie.

Créé: 13.06.2019, 16h57

Articles en relation

Genève est enfin reliée à la «capitale» de l’Afrique

Genève L’inauguration du vol direct entre Genève et l’Éthiopie est applaudie par les milieux économiques et onusiens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.