Genève, accélérateur de particules vidéo-ludiques

CERNCe samedi, les jeux vidéo suisses romands sont à l’honneur à la bibliothèque de la Cité. L’occasion de revenir sur le parcours du studio nyonnais ZappedCow et de son créateur, Joël Lauener.

La bibliothèque de la cité. Image d'archives

La bibliothèque de la cité. Image d'archives Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une journée dédiée aux jeux vidéo au plein cœur d’une bibliothèque? L’idée peut sembler paradoxale à l’heure où les loisirs numériques sont accusés de faire perdre le goût de la lecture. Et pourtant: depuis le 20 septembre 2014 s’est ouvert Labo Cité, espace consacré au digital hébergé par la bibliothèque de la Cité. Car l’innovation vidéo-ludique se construit aussi en Suisse. Et parfois même au coin de la rue, ou presque: ZappedCow, l’un des studios invités ce samedi, est en effet basé à Nyon. Avec pour particularité de ne se composer que d’une seule personne.

«Moins de fonctionnalités, mais plus de plaisir à jouer»

«Programmer des jeux vidéo, c’est quelque chose que je fais depuis que je suis étudiant», confie Joël Lauener, son créateur. «Mais j’avais tendance à me disperser: quand on aime programmer, on cherche tout de suite à concevoir un jeu compliqué, on veut trop bien faire. Le déclencheur», raconte-t-il, «a eu lieu quand j’ai commencé à prendre part à des ludum dares, sortes de «hackathons» où il s’agit de créer un jeu en 48h.» En si peu de temps, comment fait-on? «On va à l’essentiel», explique le développeur. «On limite les fonctionnalités, on se concentre sur le gameplay.»

C’est dire si le temps est un facteur-clé, le jeu vidéo n’étant pas l’activité principale de Joël Lauener. Cet informaticien de profession travaille à plein temps pour le CERN. «J’essaie de passer cinq minutes par soir minimum pour ZappedCow, mais j’y passe le plus souvent quelques heures», sourit-il. Comment passe-t-on des accélérateurs de particules aux pixels? «J’aime mon travail d’informaticien, mais je souhaitais développer un aspect créatif», analyse-t-il. «Le jeu vidéo me permet de concilier mes envies artistiques et techniques.» Sur sa double-vie, Joël Lauener reste pudique. «Je n’en parle pas souvent à mes collègues», sourit-il. «Ou alors surtout de l’aspect technique. J’essaie de maintenir une certaine frontière entre mes deux activités.»

A son actif, principalement des jeux sur navigateur web ou sur tablette. Comme ZoOp, jeu iPad multi-joueurs, présentant l’originalité de faire s’affronter les participants autour d’une même tablette. Un principe convivial rappelant les jeux de société: preuve que loin de toujours devoir nous isoler, nos terminaux connectés peuvent aussi... nous reconnecter les uns aux autres.

Pour le rencontrer, ainsi que les développeurs romands des studios Sunnyside Games, Tchagata Games, et Wuthrer, rendez-vous ce samedi au Labo Cité à partir de 10h.

Voir le programme complet sur le site de Labo Cité

Créé: 30.01.2015, 22h59

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...