Passer au contenu principal

Genève compte 9000 chômeurs, mais trois fois plus selon le BIT

Selon la méthode employée, le taux de chômage à Genève triple. Il est presque deux fois plus élevé qu’en France voisine. Et l’écart se creuse.

Les études manquent cruellement pour dresser le profil des chômeurs et des demandeurs d'emploi.
Les études manquent cruellement pour dresser le profil des chômeurs et des demandeurs d'emploi.
Pascal Frautschi.
Voir le contenu

Le diable se niche dans les détails. Et sans doute dans les chiffres. Alors que, selon les données officielles genevoises, le taux de chômage à Genève s’est établi en novembre à 3,7% (il était de 4,1% à la fin de 2018), une autre méthode pour estimer le nombre de sans-emploi fait exploser ce pourcentage. Il passe alors pour 2018 à 11,8%. Presque le double que les taux des deux départements français voisins, l’Ain et la Haute-Savoie. Le premier peut s’enorgueillir avec 6,4% et le deuxième bomber aussi le torse en affichant 6,5%. Plus proche du canton, celui du Genevois français a atteint l’an dernier 7%. Et le canton de Vaud? Le chiffre est le même qu’en Haute-Savoie. Toutes ces données ont été publiées vendredi par l’Observatoire statistique transfrontalier.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.