Ma Genève en 2030: un jeune PDC face à un jeune Vert

Perspective

Bruno Da Silva, président des Jeunes PDC Genève, et Valentin Dujoux, co-président des Jeunes Vert-e-s Genève.

Bruno Da Silva, président des Jeunes PDC Genève, et Valentin Dujoux, co-président des Jeunes Vert-e-s Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Que sera le canton de Genève dans douze ans? Si le rythme de croissance de la population reste le même que celui des dernières années, nous serons 75 000 de plus et la barre des 600 000 habitants pourrait être franchie en 2035. Alors que la campagne électorale pour les élections du Grand Conseil et du Conseil d'Etat, le 15 avril, démarrent, la page Opinions ouvre ses colonnes aux Jeunesses des partis politiques et à quelques autres points de vue. Vos réactions et vos commentaires sont les bienvenus via courrier@tdg.ch et seront publiés autant que possible dans la page Courrier. Aujourd'hui Bruno Da Silva, président des Jeunes PDC Genève et Valentin Dujoux, co-président des Jeunes Vert-e-s Genève donnent leur visions.

Ma Genève sera ambitieuse et fière

Bruno Da Silva, président des Jeunes PDC Genève

Ma Genève en 2030 sera, je le souhaite, ambitieuse, fière et résolument tournée vers l’avenir.

Ambitieuse, tout d’abord dans l’aménagement de ses infrastructures. Il nous faudra enfin avoir construit des logements en suffisance pour tous les Genevois et à des prix raisonnables favorisant la PPE et les systèmes de coopératives. Fini le temps où la classe moyenne devait s’exiler en France voisine pour se loger convenablement!

Ambitieuse aussi dans ses transports: un CEVA performant qui décharge nos routes, un aéroport réaménagé et de taille et, pour «boucler la boucle», une traversée du lac qui une fois construite permettra de revitaliser l’activité économique sur toute la Rive gauche.

Finalement, de l’ambition aussi dans nos politiques sociales avec l’instauration d’un congé paternité, une égalité salariale hommes-femmes clairement définie et des politiques favorisant l’accès à l’emploi pour nos jeunes locaux.

Je souhaite aussi, disais-je, une Genève fière. Fière de sa position de métropole régionale. Position qu’elle assume et qu’elle revendique (n’en déplaise à nos voisins vaudois!).

Une fierté qui se reflète aussi dans un soutien accru à la Genève internationale qui, dans un contexte mondial toujours plus instable, sera plus que jamais un haut lieu du dialogue et de la construction de la paix. Que l’héritage d’un certain président Wilson – héritage fêté cette année pour son centenaire – inspire encore longtemps les grands de ce monde qui ici traitent du destin de la planète entière!

Fondamental cette fois, une Genève tournée vers l’avenir. Tournée vers l’avenir et qui aura su embrasser, mais aussi encadrer, toutes les opportunités amenées par la révolution numérique. Numérique qui aura complètement métamorphosé notre administration, plus légère et considérablement plus efficace. Une ville où les cafés Starbucks ne seront plus assiégés par les jeunes ados ou les touristes en quête de réseau wi-fi, car toute la ville en disposera. Gratuit et illimité, je vous prie.

Et bien sûr, tournée vers l’avenir, donc soucieuse de son impact sur l’environnement. Une Genève plus écologique, avec une politique d’urbanisation plus verte, un air plus sain et une nature préservée. N’étant définitivement plus seulement une question d’idéologie, une politique de verdissement de la ville est désormais une question de santé publique.

Et la politique dans tout ça? En 2030, Genève aura, je le souhaite, une scène politique apaisée, un gouvernement fort, entreprenant et dynamique. La politique du blocage et de l’immobilisme aura été désavouée et les populismes faciles, après avoir prouvé l’absence de vision les caractérisant et leur dangerosité, auront été rejetés. Nous pourrons alors mener une politique pragmatique, à base de dialogue et surtout de respect.

Douce illusion? Il ne tient qu’à nous d’en faire une réalité! Alors au boulot et que cette année 2018 soit belle! Santé, bonheur!

Haut de la page

Le défi de l’égalité des opportunités

Valentin Dujoux, co-président des Jeunes Vert-e-s Genève

Le passage vers une nouvelle année représente l’occasion de faire le bilan des réalisations effectuées. Mais c’est aussi l’opportunité de se projeter, avec la farouche volonté de relever des défis. Parce qu’en 2030, les défis d’aujourd’hui seront nos fiertés de demain.

En 2030, Genève aura remporté le défi de l’égalité des opportunités. L’instauration du revenu de base inconditionnel permettra de réduire les inégalités de notre société actuelle. Laissant la possibilité à chacun-e de se réaliser. Parce qu’être Genevois-e, dans 12 ans, ce sera avoir la possibilité de mener à bien ses projets. Peu importe son origine, sa formation, sa langue, son sexe, sa religion, sa couleur de peau, son handicap, son orientation sexuelle ou ses moyens financiers.

En 2030, Genève aura remporté le défi de l’éducation. Un système scolaire continu et adapté aux particularités de chacun-e favorisera un accompagnement personnalisé là où il faut, au rythme nécessaire. Donnant l’opportunité à chacun-e de se former. Parce qu’être Genevois-e, dans 12 ans, ce sera avoir l’assurance de se développer dans un système éducatif adapté.

En 2030, Genève aura remporté le défi de la mobilité. Un vaste réseau de transports propres et efficaces traversera l’ensemble du territoire cantonal. Ce réseau sera complété par des espaces cyclables et piétons sûrs et continus. Permettant à chacun-e de se déplacer librement et simplement. Parce qu’être Genevois-e, dans 12 ans, ce sera avoir compris que la traversée motorisée du lac n’était qu’un mirage des années 70.

En 2030, Genève aura remporté le défi de l’inclusion. L’extension du droit de vote et d’éligibilité pour les étrangères et étrangers sera un tournant dans la vie démocratique genevoise. Donnant l’opportunité à chacun-e de s’exprimer sur les sujets de société. Parce qu’être Genevois-e, dans 12 ans, ce sera avoir réalisé à quel point la diversité des expériences est une richesse pour le dynamisme de la collectivité.

En 2030, Genève aura remporté le défi du logement. Des logements accessibles financièrement, écologiques et modulables sauront répondre aux besoins de chacun-e. Permettant un accompagnement à travers les différentes étapes de la vie. Parce qu’être Genevois-e, dans 12 ans, ce sera avoir saisi les évolutions de l’habitat pour repenser le lien social.

En 2030, Genève aura remporté encore bien d’autres défis. Celui du Grand Genève. Celui d’une économie humaine qui valorise le travail durable et local. Celui de l’exemplarité écologique, avec une empreinte énergétique neutre. Celui de l’accès garanti aux soins de base et de la solidarité afin que rien ne justifie l’exclusion.

Au final, c’est la bataille du vivre-ensemble que notre canton aura remportée. Parce qu’aux aspirations individualistes, les Genevoises et les Genevois auront su apporter des réponses audacieuses. Permettant à notre canton si singulier de conserver cette ingéniosité et ce progressisme qui lui vont si bien.

Haut de la page

Créé: 11.01.2018, 10h59


La série Ma Genève en 2030 s'inscrit dans la perspective de l'élection du Grand Conseil et du Conseil d'Etat genevois, le 15 avril 2018, pour la législature 2018-2013 (Notre dossier).



Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève
La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Articles en relation

Quel Genève en 2030? À vos plumes!

Perspective Plus...

Le Plan directeur cantonal 2030 va enlaidir Genève

L'invitée Plus...

L’aéroport devra grandir en mettant la sourdine

Genève Négociée avec le Canton, la feuille de route que Berne compte imposer au tarmac genevois jusqu’en 2030 est mise en consultation. Plus...

Genève perd à la loterie ferroviaire

Chantiers de 2030 Les projets d’amélioration du futur RER genevois sont relégués lors d’un premier examen à Berne. Si la Confédération envisage de multiplier les cadences dans l’arc lémanique, le Canton voit ses plans locaux disqualifiés. Mais il compte se battre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les HUG enseignent désormais l'hypnose
Plus...