Un géant américain pourrait supprimer 350 emplois à Genève

MultinationalesLeader mondial des parfums, Coty envisage des coupes dans son effectif. Le groupe emploie aujourd'hui 600 personnes, notamment issues de Procter & Gamble.

Le parfumeur Coty a notamment installé des chambres de test à Versoix.

Le parfumeur Coty a notamment installé des chambres de test à Versoix. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La nouvelle s’est répandue mercredi comme une traînée de poudre. La multinationale américaine Coty, qui se considère comme l’un des leaders mondiaux des parfums, a décidé d’opérer des coupes importantes dans son effectif. Sur les 600 personnes que ce groupe occupe, ne subsisterait à Genève que la division Coty Professional Beauty (parfumerie).

Phase de consultation

Selon «Le Temps», 350 suppressions de postes pourraient être prononcées. «Nous confirmons avoir entamé un processus de consultation lié à la mise en place du plan de redressement global de Coty, conçu pour nous permettre d’améliorer notre compétitivité et de progresser dans un marché hautement compétitif», indique Bree Bovay, porte-parole de Coty. «Nous sommes à ce stade dans la phase d’évaluation et de consultation», ajoute-t-elle, sans articuler de chiffre précis. Selon nos informations, cette phase de consultation durera jusqu’en juin 2020.

Mais Bree Bovay précise que la mise en place des changements envisagés «reviendrait à relocaliser ou supprimer jusqu’à 350 rôles à Genève».

À la fin de septembre 2018, Eva Vinas Sanz, vice-présidente de la Recherche et développement «Fragrances» du groupe, indiquait encore qu’«à l’avenir, tous les parfums créés, développés et formulés par Coty passeront par Genève». Le futur s’assombrit désormais pour des centaines d’autres professionnels recrutés sur place ou issus d’une autre multinationale américaine qui a donc maigri à Genève, Procter & Gamble (P & G).

Cette ingénieure chimiste catalane pouvait alors étoffer son équipe. Entre Versoix et les anciens sites de P & G, ce groupe industriel et commerçant – employant par ailleurs 20 000 personnes – salariait alors 600 personnes dans le canton, faisant de Coty l’un des principaux employeurs américains de Genève.

Pour ancrer le groupe à Genève, la multinationale annonçait alors un investissement de 5 millions de francs. Et Sylvie Moreau, présidente de la division Coty Professional Beauty, se déclarait de son côté «ravie» que Coty ait choisi d’établir à Genève son centre d’expertise R & D pour les parfums. «Nous avions décidé que Genève serait l’un des trois centres stratégiques du groupe, avec Paris et New York, détaillait Sylvie Moreau. Aujourd’hui, nous avons localisé à Genève la division que je dirige, Coty Professional Beauty (parfumerie), la chaîne logistique mondiale de Coty, le siège mondial du duty free et le siège Europe de nos trois divisions.» De ces quatre départements, seul le premier devrait donc rester sur Genève.

Coty disait se sentir bien à Genève, où sont déjà situés deux géants mondiaux des parfums et des arômes, Firmenich et Givaudan. «C’est la Silicon Valley du parfum!» s’exclamait cette dirigeante. Mercredi, un épais rideau est tombé sur ces belles promesses. Et Genève se réveille ce matin avec la gueule de bois.

Manifestement, la greffe n’a pas pris. La présence des grandes entreprises américaines fait pourtant partie de l’ADN du canton. Les premières se sont installées dans les années 50 car les infrastructures de la Suisse, et de Genève en particulier, n’avaient pratiquement pas été détruites par le conflit mondial.

Aspects fiscaux

En 2008, quinze grandes compagnies américaines employaient encore ensemble plus de 7400 collaborateurs. L’an dernier, treize grosses sociétés salariaient un peu plus de 6700 personnes dans le canton. À la fin de 2020, si les plans de Coty se concrétisent, les grands groupes américains n’occuperont plus que 6400 personnes. De nouveaux acteurs émergent cependant, à l’exemple d’Expedia, une société américaine installée aux Eaux-Vives et, comme sa rivale Booking, spécialisée dans la réservation électronique de chambres d’hôtel.

Reste à savoir dans quelle mesure les aspects fiscaux ont joué un rôle dans cette décision du groupe Coty, dont certaines fonctions globales devraient être installées à Amsterdam. Cette compagnie fait-elle partie de la dizaine de firmes qui ont bénéficié, jusqu’en janvier de cette année, du «superstatut fiscal» beaucoup plus bas que les 11,6% d’impôt sur le bénéfice payé, en moyenne, par les multinationales à statut spécial? Coty n’a pas souhaité s’exprimer sur cette question. Comme dans d’autres cantons, les dirigeants des firmes ayant bénéficié de ces privilèges ont dû expliquer ces derniers mois à leurs chefs les ultimes subtilités des régimes fiscaux helvétiques.

Créé: 18.09.2019, 20h25

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...