La gauche dénonce les «savants fous qui coupent dans le budget»

Ville de GenèveUne action coup-de-poing des partisans du 4x non aux coupes s’est déroulée à midi à Plainpalais.

Aux côtés de la statue de Frankenstein, les quatre silhouettes en blouse symbolisent la droite.

Aux côtés de la statue de Frankenstein, les quatre silhouettes en blouse symbolisent la droite. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le vent glacial et les émanations blanchâtres des fumigènes se tiennent quatre silhouettes en blouse. Postées aux côtés de la statue de Frankenstein, sur la plaine de Plainpalais, elles symbolisent la droite. Dans la mise en scène imaginée mercredi midi par la gauche municipale, ces personnages munis de tenailles et autres cisailles incarnent «les savants fous et autres apprentis sorciers de droite qui veulent couper dans le budget de la Ville de Genève».

Ils sont quatre pour les quatre coupes dans le budget 2017, sur lesquelles le peuple se prononcera le 4 mars. La droite reproche, elle, à la Ville de ne pas anticiper la baisse des recettes fiscales liée à la réforme de l’imposition des entreprises. Pour rappel, les référendums portent sur un total de 2,5 millions. Une coupe vise l’encouragement à la culture, une autre la solidarité internationale, une troisième porte sur le budget alloué à l’allocation de rentrée scolaire. La dernière concerne une diminution d’un million dans les dépenses générales de tous les départements. De quoi impacter selon le comité référendaire l’entretien des parcs, des places de jeux et des bâtiments scolaires ou encore la sécurité incendie.

«La droite aveugle veut des coupes incroyables», s’insurge le conseiller municipal d’Ensemble à Gauche, Tobia Schnebli. «Ils veulent même couper l’eau aux pompiers», ajoute celui qui pour l’occasion arbore la tenue des hommes du feu et brandit une lance. De son côté, la statue du monstrueux personnage de Mary Shelley sert de porte-étendard. Autour de son cou, un panneau rappelle le mot d’ordre du comité unitaire regroupant les Verts, le PS, Ensemble à Gauche et le Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs (SIT): «Coupes budgétaires. Monstre dégâts! Votez 4x non».

Sylvain Thévoz, coprésident du PS Ville, martèle le message: «À ce jour, 10% des électeurs ont voté. Notre action continue. D’autant que l’enjeu est important.» Vraiment? s’étonne-t-on en rappelant que la votation concerne le budget 2017… «Ce vote est extrêmement important à l’aube du vote du budget 2018. La droite attend le résultat pour se prononcer», insiste le conseiller municipal socialiste, rappelant qu’en 2016, les coupes avaient été refusées par les Genevois à 60%.

«Si le peuple refuse à nouveau les coupes le 4 mars, ils devront en tenir compte, poursuit Tobia Schnebli. D’autant plus que les comptes 2017 sont excédentaires! Il faut que la magistrate Sandrine Salerno communique sur ce boni. Il montre bien que rien ne justifie les coupes voulues par la droite.»

L’après-midi même se réunissait la Commission des finances. Cette dernière votera le projet de budget 2018 au plus tôt dans un mois, soit après la votation du 4 mars. Repoussant d’autant le débat budgétaire en plénière. En attendant, la Ville fonctionne sous le régime des 12es provisionnels. (TDG)

Créé: 21.02.2018, 17h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...