Les futurs maîtres de sport sont privés de formation

EducationLa filière universitaire n’ouvre pas à la rentrée, pour la troisième année consécutive. Les étudiants sur le carreau sont en colère.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils sont en possession d’un master en sciences du Mouvement et du Sport et veulent devenir maître d’éducation physique. Mais pour cela, ils doivent suivre deux ans de cours supplémentaires à l’Institut universitaire de formation des enseignants du secondaire (IUFE). Or, pour la troisième année consécutive, le Département de l’instruction publique (DIP) a décidé de ne pas ouvrir la filière en sport, a révélé Le Courrier. Quelques autres disciplines, comme la biologie et la chimie, sont aussi suspendues.

Furieux, les futurs profs de gym ont écrit en février à la direction de l’IUFE ainsi qu’au DIP pour exprimer leur «déception et désarroi». «Un mois plus tard, nous n’avons toujours pas reçu de réponse… c’est un manque de considération», relève un étudiant. Dans cette lettre, signée par 23 étudiants concernés et 190 enseignants, les futurs maîtres réclament des explications sur les raisons du maintien de cette fermeture. «On nous empêche de nous former, c’est une injustice!» déplore l’étudiant. «La plupart d’entre nous ont fini leurs études depuis plusieurs années et attendent de pouvoir se former en tant qu’enseignant, indiquent les futurs maîtres dans leur lettre. Cette attente est devenue trop pesante. Nos projets d’avenir sont repoussés, voire compromis…»

Ils pointent également le risque d’une pénurie de personnel, surtout que dès cette rentrée, une troisième heure de gym sera instaurée pour les élèves de 9e année des regroupements R 1 et 2. La mesure devrait ensuite être étendue à l’ensemble des degrés, dès 2018. Qui dit heure supplémentaire dit profs en plus; où les trouver, sachant qu’aucun n’aura été formé entre-temps? Le DIP assure disposer d’un contingent suffisant. «L’ouverture des disciplines est fixée par le principe de gestion des flux et ajustée annuellement, indique Pierre-Antoine Preti, porte-parole. Pour l’éducation physique, le nombre de personnes titulaires qui n’ont pas encore un emploi fixe ou un emploi couvrant la totalité du taux souhaité reste relativement important et semble répondre aux besoins à court et moyen terme. Dans ce contexte nous avons retenu l’ouverture de la formation en sport.»

L’IUFE fait l’objet de critiques depuis sa création, en 2009. Après de nombreux dysfonctionnements, le DIP a décidé d’annuler la rentrée 2015 afin de permettre la refonte du système. L’Institut a rouvert en 2016, partiellement, avec un nouveau dispositif comprenant notamment un numerus clausus en première année, en fonction des places de stages disponibles dans chaque discipline. Mais toutes les branches n’ont pas été ouvertes. En parallèle, un dispositif transitoire a été instauré pour permettre aux étudiants «coincés» dans la formation – pour entrer en deuxième année, il faut obtenir une place de stage or celles-ci sont rares – de la terminer. En 2015, toutes disciplines confondues, il y avait près d'une centaine de futurs enseignants en attente de pouvoir terminer leur formation universitaire. Ce dispositif sera reconduit une dernière fois à la rentrée 2017. (TDG)

Créé: 17.03.2017, 19h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arabie saoudite: l'affaire Khashoggi
Plus...