Fusion des communes genevoises: Longchamp consulte

45 municipalitésPour le président du gouvernement, l'essentiel est de réussir la répartition des tâches et la réforme fiscale communale.

François Longchamp, président du Conseil d'Etat: Les communes ont trois ans pour régler la répartition des tâches avec le canton.

François Longchamp, président du Conseil d'Etat: Les communes ont trois ans pour régler la répartition des tâches avec le canton. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vendredi, dans son allocution qui a suivi la prestation de serment solennelle des 137 maires, adjoints et conseillers administratifs des communes genevoises à la cathédrale Saint-Pierre, François Longchamp a largement évoqué la nouvelle répartition des tâches entre le Canton et ses 45 communes. L'article 133 de «la Constitution, entrée en vigueur le 1er juin 2013, vous donne encore trois ans pour mettre ce projet sous toit», a rappelé le président du Conseil d'Etat.

La réforme comporte deux étapes que le Conseil d'Etat a voulu engager successivement et non conjointement. Le second volet modifiera une spécialité genevoise, l'impôt communal, que les Genevois paient dans leur communes de travail et non dans celle où ils habitent. Cette particularité a pour origine le fait qu'au XIXe siècle, et jusque dans les années 1950, la Ville de Genève hébergeait la majorité de la population du Canton et était la seule commune à servir des prestations notamment dans le domaine de la culture. Aujourd'hui, onze autres communes hébergent plus de 10'000 habitants, des zones industrielles ont fleuri hors du territoire de la Ville et les activités du secteur tertiaire ne sont plus localisées exclusivement dans la commune centre. Cette évolution ne justifie plus, aux yeux du Conseil d'Etat, le maintien de la fiscalité au lieu de travail. François Longchamp l'a martelé: «Les Genevois devront payer à l'avenir leurs impôts communaux comme tous les Suisses dans leur commune de domicile».

Le président du gouvernement a qualifié la réforme en cours d'historique et d'essentielle. «Sur le plan institutionnel, il s'agit des plus profonds changements depuis la dernière réforme communale, qui remonte à 1930. Votre engagement durant cette législature ajoute donc, à vos responsabilités, l'assurance d'un rôle historique.» 1930 marque la création de la commune de Genève actuelle résultat de la fusion des quatre communes de Genève (vieille ville et Saint-Gervais), Plainpalais, Eaux-Vives et Petit-Saconnex.

Personne ne veut fusionner

De la fusion, François Longchamp n'a dit mot vendredi devant les nouveaux élus communaux. On le questionne à ce sujet, ainsi que d'autres magistrats, lors de l'apéritif organisé à l'Hôtel-de-Ville. Le président sait que le sujet est épineux et qu'aucune commune n'est candidate à la fusion. Pas même celles comme Corsier-Hermance-Anières qui sont déjà fiancées et partagent cinq politiques publiques en commun. Tout juste envisagent-elles de créer une communauté de communes au sens de la nouvelle structure à l'étude devant le Grand Conseil. «Néanmoins, conformément au mandat constitutionnel (articles 138 et 139), un avant-projet de loi sur la fusion des communes est adressé ces jours à l’Association des communes genevoises pour consultation», lâche-t-il. Le comité de l'ACG, dont la présidence sera renouvelée en septembre prochain, devrait en prendre connaissance lundi prochain.

Bertrand Pictet, maire de Corsier, dont le site internet donne une étonnante liste des prestations communales, estime que «même pour la création d'une communauté de communes, il faudra passer devant le peuple et que chaque commune gardera un droit de véto sur les décisions importantes».

Uong Dinh Manh, maire de la commune Confignon, dont le territoire est écartelé entre le nouveau quartier de Cressy, l'urbanisation de Bernex-Est et la future cité des Cherpines, ne voit pas quel avantage il y aurait à fusionner avec la commune pauvre d'Onex, avec laquelle elle était unie jusqu'en 1851. Quant à la collaboration avec Bernex, c'est l'ancien député-maire de Meyrin, Claude Blanc, qui donne la réponse: «La collaboration des Voiries, c'est bien, mais le risque c'est que trop de patrons laissent dans les faits le service sans véritable chef.»

Même réponse dubitative à Bellevue. Le maire Daniel Fabbi n'envisage ni fusion ni communauté de communes avec ses voisines Genthod ou Collex-Bossy, même s'il y a 200 ans Collex et Bellevue ne formaient qu'une commune, avant qu'elle ne divorce au milieu du XIXe siècle. Même réserve à Laconnex, où le maire Hubert Dethurens ne rêve pas de faire la noce avec Soral. Les deux communes de la Champagne genevoise ont également divorcé dans la foulée de la révolution de 1847.

Une valse pour Genève

L'histoire du canton de Genève est complexe et sa naissance, en 1815, le fruit de subtiles équilibres ajustés au Congrès de Vienne. Ceux que cela passionne ne manqueront pas d'aller voir ou revoir Une Valse de Genève, montée par La Compagnie du Tards​. Prochaines représentations au Grand Saconnex le 4 juin et le lendemain à Aire-la-Ville et le samedi 6 à Lancy.

(TDG)

Créé: 01.06.2015, 15h47

Les divorces du XIXe

Des scissions de communes se sont produites au milieu du XIXe siècle. (source Wikipedia)

1821: Perly et Certoux se séparent de Compesières pour former Perly-Certoux
1830: Presinge se sépare de Puplinge pour former Presinge et Puplinge
1847: Avusy se sépare d'Avusy-Laconnex-Soral pour former Avusy et Laconnex-Soral
1850 : Laconnex-Soral devient Laconnex et Soral
1850 : Gy se sépare de Jussy pour former Jussy et Gy
1851 : Compesières devient Bardonnex et Plan-les-Ouates
1851 : Bernex-Onex-Confignon se séparent et deviennent Bernex, Onex et Confignon
1855 : Bellevue se sépare de Collex pour former Collex-Bossy et Bellevue
1858 : Anières se sépare de Corsier pour former Anières et Corsier
1869 : Chêne-Thônex devient Chêne-Bourg et Thônex

Trois communes ont été rattachées à la ville de Genève en 1931: Le Petit-Saconnex, Les Eaux-Vives, Plainpalais.

Articles en relation

Trop de communes à Genève? Oui dit Sami Kanaan

Législature 2015-2020 La prestation de serment des 137 magistrats communaux a été réglée en 45 minutes. Plus...

Sami Kanaan ne sera pas un maire durable

Ville de Genève C'est Esther Alder qui accède à la fonction pour une année. Le magistrat socialiste aurait voulu régner cinq ans sur la Ville. Plus...

Abécédaire de la fiscalité des communes de Genève

Municipales 2015 Les 45 communes genevoises dépensent plus de 2 milliards de francs par an. Plongée dans une mécanique à complications multiples. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...