Le furoshiki a de quoi vous emballer

La solutionUne alternative plus écologique aux traditionnels emballages cadeaux aussitôt jetés à la poubelle existe.

Dans sa boutique des Eaux-Vives, Francine Mancini propose cette semaine à ses clients d’opter pour cet emballage cadeau en tissu.
Vidéo: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Déchirer les paquets cadeaux fait partie du rituel de Noël. Jeter presque aussitôt le papier à la poubelle aussi. pourtant, des alternatives plus écologiques existent, comme utiliser du papier recyclable ou des journaux. Mais une nouvelle tendance venue du Japon gagne Genève: le furoshiki.

L’idée est simple et pratique. Avec un seul bout de tissu, quelques plis et des nœuds, il est possible d’emballer joliment et solidement des objets de toutes formes, et notamment des cadeaux. Le terme désigne aussi le tissu carré traditionnellement utilisé.

Dans sa boutique des Eaux-Vives, Livres et Voyages, Francine Mancini propose durant toute la semaine à ses clients d’opter pour cet emballage en tissu pour les cadeaux achetés en magasin, mais aussi pour ceux dénichés ailleurs. Une technique chic et écologique qui a traversé les périodes.

Baluchon pour le bain

Le furoshiki s’est d’abord fait connaître au Japon au VIIIe siècle, sous le nom de tsutsumi (emballage). Il était utilisé pour garder des objets de valeur. «Il faut attendre le XIXe siècle pour entendre parler de furoshiki, littéralement «bain» (furo) et «étaler» (shiki). Le baluchon servait alors à transporter les habits et les différents effets personnels pour se rendre aux bains publics», explique Francine Mancini. La technique est presque tombée en désuétude au Japon, dès l’après-guerre, en grande partie à cause de l’apparition des sacs en plastique. Mais le furoshiki a su résister. Les Japonais s’en servent aujourd’hui quotidiennement pour transporter leur bento, la boîte à repas japonaise.

Passionnée par l’Empire du Soleil levant depuis vingt-six ans, Francine Mancini ne trouve à cette technique d’emballage que des avantages: «C’est écologique car on peut réutiliser le furoshiki reçu pour emballer à son tour toutes sortes objets, s’en servir comme foulard ou en décoration. On peut aussi lui ajouter des anneaux ou des lanières en cuir pour en faire un sac.»

Tous les tissus font l’affaire, du drap en coton au précieux foulard en soie, en passant par des bouts de vêtements achetés à la friperie. «Le Japon a su, depuis toujours, anoblir ce qui était de l’ordre du raccommodage», ajoute Francine Mancini. Les furoshikis sont par ailleurs agrémentés de motifs originaux et de couleurs qui changent selon les saisons. Il n’est pas rare de trouver des tissus avec des motifs Hello Kitty ou des personnages de dessins animés pour plaire aussi aux enfants. Mais les puristes préféreront les ornements traditionnels japonais.

Coût de cet emballage éthique? «Entre 15 et 200 francs la pièce, répond Francine Mancini. Tout dépend du modèle.»

Des origamis en tissu

La forme du cadeau à emballer détermine le pliage. Les nœuds doivent être minutieux, puisque le tout doit tenir sans aucune couture. Pour simplifier la tâche, des gabarits existent, afin de pouvoir suivre, pas à pas, plusieurs dizaines de techniques de pliage, comme pour les origamis.

Chez Lush, on a pris le coup de main grâce à des tutoriels vidéo. Cela fait maintenant neuf ans que cette marque anglaise, plus connue pour ses boules de bain effervescentes, propose en guise d’emballage des furoshikis en coton bio colorés et satinés. Un investissement en temps pour les employés au moment de passer en caisse, mais qui a su convaincre.

«Les clients étaient surpris au début, mais ils ont pris l’habitude et ils nous les réclament à présent», explique Belinda Marquez, responsable presse de Lush en Suisse romande.

D’autres s’y mettent depuis peu, comme Betjeman and Barton. Pour son Noël japonais, la boutique propose des thés et autres bols, mais aussi un modèle de furoshiki. «L’équipe a suivi une formation dispensée par Francine Mancini durant quatre heures pour apprendre les bases et confectionner des pliages les plus esthétiques possible. Ensuite, il faut laisser exprimer sa créativité!» explique Marie, responsable de la boutique carougeoise. Cet élan réjouit Francine Mancini: «Depuis un an, on ressent un véritable engouement, notamment chez les jeunes. Il y a l’attrait pour la culture japonaise, mais aussi l’envie de consommer de manière plus durable.»

Pour en savoir plus: www.env.go.jp/en/focus/attach/060403-5.html

Créé: 19.12.2017, 22h21

Fêtes plus écologiques

Au total,156,3 kg de papier par habitant ont été récoltés en 2015 en Suisse, selon l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Durant la période de Noël, la consommation des ménages augmente et, avec elle, le nombre d’emballages. Ces derniers s’ajoutent au papier utilisé pour recouvrir les cadeaux. Si certains optent pour le furoshiki, d’autres renoncent tout bonnement aux emballages ou offrent une expérience plutôt qu'un objet.
L.F.

Articles en relation

Le bento, des bons sentiments plein la boîte

Gastronomie à Genève Dimanche à la salle des fêtes de Carouge, démonstrations et ateliers de cuisine permettront aux Genevois d’en apprendre un peu plus sur la boîte à pique-nique venue du Japon. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.