La fulgurante ascension de Lisa Mazzone, benjamine du Conseil national

Elections fédéralesA 27 ans, la présidente des Verts genevois accède à l’échelon national. Une posture militante au sein d’un parti exsangue

Malgré son élection à Berne, Lisa Mazzone souhaite poursuivre jusqu’à son terme son mandat de présidente des Verts genevois.

Malgré son élection à Berne, Lisa Mazzone souhaite poursuivre jusqu’à son terme son mandat de présidente des Verts genevois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On a vu Lisa Mazzone à la télévision les yeux humides dans un mélange d’émotions, entre la gêne de ravir la place de sa collègue de parti Anne Mahrer, la colère de voir les Verts perdre un siège et son succès à elle, forcément joyeux.

Au lendemain du dimanche d’élections fédérales, l’écologiste dit se sentir «bizarre» et fatiguée. «Après une journée comme celle-ci, on dort peu.»

Avant que les dossiers chauds ne s’empilent, la présidente des Verts cantonaux reçoit déjà un titre honorifique. A 27 ans, elle sera la plus jeune à siéger sous la Coupole fédérale, succédant au socialiste valaisan Mathias Reynard, né quelques mois avant elle et réélu dimanche pour une deuxième législature.

Lisa Mazzone, elle, aura tout à découvrir à Berne. A commencer par la langue, dont les connaissances scolaires sont à réactiver. «C’est mon objectif principal durant le mois et demi qu’il me reste», dit-elle. Si les premières réponses trahissent l’inexpérience, les 12 331 voix de dimanche racontent une carrière fulgurante.

Petite-fille d’un émigré italien, fille d’un conseiller municipal écologiste de Versoix, Lisa Mazzone est élue pour la première fois en 2011 dans sa commune de résidence du Grand-Saconnex. Deux ans plus tard, elle obtient un siège de députée et accède rapidement (2014) au très exposé rôle de présidente de parti cantonal. En parallèle, elle se fait porte-voix de la mobilité douce, notamment au sein de l’association Pro Vélo.

Alors qu’Anne Mahrer exerce sa fonction de conseillère nationale loin des électeurs genevois, Lisa Mazzone s’installe dans le paysage local. Débats, interventions médiatiques, campagnes électorales: ses positions tranchées, sur la mobilité notamment, font d’elle une interlocutrice incontournable. Cette présence explique peut-être les 600 voix de différence qui la propulsent au Conseil national au détriment d’Anne Mahrer. Fair-play, cette dernière a souligné la capacité du parti à mettre en avant la relève (notre édition de lundi).

De sa commune à Berne, le parcours de Lisa Mazzone paraît linéaire. Il n’en demeure pas moins fulgurant, chaque échelon ayant été franchi en deux ans seulement. «J’y vois une certaine prolongation, une évolution assez naturelle, analyse la principale intéressée. C’est une série d’opportunités que j’ai saisies.»

S’apprêtant à quitter son rôle de députée, mais souhaitant poursuivre jusqu’à son terme (2016) son mandat de présidente des Verts genevois, Lisa Mazzone incarne une posture militante bien ancrée à gauche, rompant avec une aile plus consensuelle des Verts genevois. «C’est une femme de conviction. Et ceux qui la prennent pour la petite jeune comprennent vite que ce n’est pas ce qu’elle est», dit à son sujet le conseiller national Vert sortant Ueli Leuenberger.

Ses adversaires politiques, eux, pointent des positions «sans nuances». Pour Daniel Zaugg, député PLR qui la côtoie au sein de la sous-commission dédiée à la mobilité genevoise, «elle a souvent une vision manichéenne». Un exemple? «Pour elle, la voiture ne devrait simplement pas exister», répond l’élu de l’Entente, qui voit tout de même en elle une «représentante des valeurs fondamentales des Verts».

Ce retour aux fondamentaux, Lisa Mazzone l’assume pleinement alors que son parti subit une deuxième érosion consécutive au Conseil national (–5 sièges en 2011, –4 en 2015) et que pointent des débats majeurs tels que la transition énergétique, la révision de la Loi sur le CO2 ou la sortie du nucléaire. (TDG)

Créé: 19.10.2015, 20h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Suisses disent non à la réforme des retraites
Plus...