La rocambolesque aventure du juge aux multiples vies

GenèveUn ancien magistrat a précipité sa compagne dans le surendettement jusqu’à la perte de sa maison. Récit d'une audience pas comme les autres.

Le retraité a énervé le président à cause de son comportement pendant l'audience.

Le retraité a énervé le président à cause de son comportement pendant l'audience. Image: Patrick Tondeux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, le Tribunal de police offre parfois des moments invraisemblables. Lundi, sur le banc des accusés, on a entendu un juge à la retraite surendetté expliquer comment il a entretenu deux «amies intimes» à hauteur de 10 000 francs par mois durant plusieurs années, ajouter que sa mère l’a mis aux poursuites et admettre qu’il monte dans le train sans payer. Mais ses dettes colossales vont bientôt être épongées, promet le sexagénaire: «Je suis sur un coup qui va rapporter très gros en janvier.» Avant d’ajouter: «En plus, c’est un coup tout-à-fait légal.» À ce moment précis, les regards croisés entre les avocats, la procureure Anne-Laure Huber et le juge du Tribunal de police se transforment en éclats de rire.

«Je me suis fait draguer»

Le juge est connu à Genève pour sa gouaille et ses problèmes de dettes. Un héritage de son père, dit-il. «Ma mère était catholique et prude, mais lui a toujours entretenu tout le monde.»

Depuis 1996, il vit dans la maison de sa compagne à Versoix. Mais un jour de 2014, un huissier et des déménageurs sonnent à la porte. La maison a été vendue aux enchères, annoncent-ils à la propriétaire qui tombe des nues. Effondrée, elle est forcée de quitter les lieux. Dans cette histoire qui conserve de nombreuses parts d’ombre, il est établi que l’ancien juge réceptionnait et traitait le courrier de sa concubine. Entre eux, un accord avait été scellé: il pouvait vivre chez elle à condition qu’il se charge de payer la dette hypothécaire. Mais l’homme est mauvais payeur. Durant des années, les factures s’entassent avant que les rappels ne deviennent des menaces d’expulsion.

À quelques reprises, l’ancien juge parvient à retarder l’échéance parce qu’il connaît le système des poursuites, mais également parce qu’il imite la signature de sa compagne sur les documents officiels. Mais quand un serrurier vient remplacer les cylindres de la porte à Versoix, il a beau dire qu’il va arranger la situation, le couple se retrouve à la rue.

Pourquoi cette dette hypothécaire somme toute modeste – 50 000 francs – n’a-t-elle jamais été payée? «Elle n’avait pas un sou», se défend le prévenu. Et lui, avec sa retraite confortable d’ancien magistrat, ne pouvait-il payer? C’est alors que ses deux «amies intimes», ses «maîtresses» dont il finance le train de vie surgissent dans la procédure. «L’une depuis 2000, l’autre depuis 2004. Les deux jusqu’à 2010», indique-t-il. «Je me suis fait draguer, je n’y peux rien.»

Bon type vs manipulateur

De cette histoire rocambolesque, on retiendra que la banque a racheté cette villa et son terrain à Versoix estimés à 1,5 million par l’Office des poursuites. Personne n’ayant fait d’offre lors de la vente aux enchères, la mise a été raflée pour un montant étrangement dérisoire de 100 000 francs.

Depuis ce jour, Madame vit dans un studio. Lui est logé par un ami et essuie la colère de sa compagne et de ses fils matérialisée dans une plainte pénale. De retour au Palais de justice — mais pas à la même place — le juge à la retraite intervient quand il n’en a pas le droit, joue avec son stylo jusqu’à agacer le président, ricane au point de se faire menacer d’expulsion. Me Guillaume de Candolle, son avocat, a bien saisi la position délicate de son client, prévenu de gestion déloyale et faux dans les titres. Il le canalise, lui ordonne de se taire. «Sous sa perruque trop usée, c’est un bon type, assure-t-il. Mais il a été négligent.» Sur le fond, la défense plaide l’incurie administrative de la propriétaire.

Si les explications insensées de l’ancien juge ont parfois fait rire, «cette affaire est d’une tristesse infinie», rectifie la première procureure Anne-Laure Huber au moment de requérir une peine de 18 mois avec sursis. «L’argent économisé par le non-paiement de la dette hypothécaire a servi à financer sa triple vie. Avec des conséquences dramatiques.»

Lundi, le tribunal n’a pas pu entendre les mots de la compagne du juge. Désormais octogénaire à la santé fragile, elle était représentée par un Me Robert Assaël en colère, bien décidé à faire condamner «cet homme froid et manipulateur».

Dans ce procès qui a vite cessé d’être drôle, les débats ont oscillé entre chiffres et vie intime. «Vous voyez encore votre compagne?» s’est permis le président Patrick Monney. «Une ou deux fois par semaine», a répondu le prévenu. «Vous l’aimez encore?» lui a demandé plus tôt Me Assaël. «Bien sûr.»

La lecture publique du verdict aura lieu jeudi à 13h30.

Créé: 18.11.2019, 20h30

Articles en relation

Ancien juge poursuivi pour gestion déloyale

Justice Il rechigne à payer les intérêts hypothécaires de la villa de sa compagne, qui s’est retrouvée à la rue. Plus...

La lutte contre le surendettement des jeunes s'accentue

Prévention L’Etat et le Centre social protestant s’allient pour mieux combattre un fléau qui touche un quart des 18-29 ans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...