Passer au contenu principal

La «Fuck Up Night» spécial femmes est de retour à Genève pour une 2ème édition

Des entrepreneuses genevoises ont partagé jeudi soir leurs grands moments de fiasco professionnel.

La star de la soirée était sans aucun doute Gabrielle Lods, qui a lancé une marque de préservatifs écolos nommée Green Condom Club.
La star de la soirée était sans aucun doute Gabrielle Lods, qui a lancé une marque de préservatifs écolos nommée Green Condom Club.
Thibault Demurgé

Ça commence comme une soirée confessions intimes entre copines… sauf que c’est dans un lieu public, avec plus de septante personnes présentes dans la salle. Rien de très intimiste au premier regard. Et pourtant. L’exercice consiste à raconter ses déboires professionnels, avec humour, tout en donnant quelques conseils pratiques. Le but? Dédramatiser l’échec, encore trop mal vu dans la culture européenne. Jeudi soir, trois intervenantes ont partagé leurs plus grandes erreurs de parcours dans la cour de l’agence Vickyh Destinations, aux Eaux-Vives. La 2e édition d’une version consacrée aux femmes entrepreneuses, coorganisée par Fuck Up et Genuine Women, un réseau dynamique de femmes entrepreneuses.

La star de la soirée était sans aucun doute la dernière participante, Gabrielle Lods. Ingénieure chimiste de formation, cette femme de 32 ans a lancé une marque de préservatifs écolos nommée Green Condom Club. Des capotes «sans trop de produits chimiques et garantis véganes». Dreads sur la tête, la Genevoise d’adoption (hé oui, elle est Vaudoise en vrai) détonne dans un paysage de femmes entrepreneuses tirées à quatre épingles. «Les préservatifs contiennent du latex. Or ce produit est transformé, donc on ne sait pas trop ce qu’il y a dedans puisque rien n’est indiqué sur les paquets. Gênant, alors qu’il est en contact avec nos parties intimes. Personne n’a envie d’attraper le cancer d’un de ses orifices», plaisante-t-elle devant un public conquis par son art oratoire drôle et passionné. A la recherche d’un fabricant, elle tombe sur une usine chinoise, la seule d’accord d’inscrire la composition du produit sur les paquets. Prochaine étape: ramener la marchandise en Suisse. L’import-export se fera par bateau, l’avion coûtant trop cher. Les contrats se passent dans un moment de rush. Entre stress et inattention, le petit couac arrive. Elle a signé un devis qu’elle n’avait pas lu assez attentivement. Les frais sont hors de sa portée. La famille et les amis volent à sa rescousse. Morale de l’histoire? «Vérifier quinze millions de fois les choses, surtout quand on est très fatiguée», conclut-elle, sous une explosion d’applaudissements. La femme d’affaires ne perd pas le nord: elle offre à toutes les personnes présentes un bon de réduction à faire valoir sur ses préservatifs véganes. Aujourd’hui, Gabrielle Lods a plus d’un millier de clients et continue sa route sereinement.

Deux autres speakers, Mélanie Fontanet (Agence Me) et Annick Mokoi (PopUp Corner), ont fait leur show, à toute allure, avec une décontraction déconcertante. Leçons retenues: définir un business plan et réfléchir sur la durée pour Mélanie Fontanet. Annick Mokoi suggère de ne pas se prendre pour Dieu le Père, c’est-à-dire de ne jamais considérer que tout est acquis. Et surtout, commencer petit, sans jamais s’endetter jusqu’au cou.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.