Passer au contenu principal

Fronde contre la GIM, Sandrine Salerno réplique

Des locataires de la Ville de Genève dénoncent des résiliations brutales. La magistrate invoque l’application du règlement.

Selon la magistrate socialiste Sandrine Salerno, la question de fond est de savoir quelle est la politique du logement de la Ville.
Selon la magistrate socialiste Sandrine Salerno, la question de fond est de savoir quelle est la politique du logement de la Ville.
Magali Girardin

Les critiques à l’encontre de la Gérance immobilière municipale (GIM) se multiplient. Pas plus tard que samedi, notre Julie évoquait dans son Encre Bleue le cas d’un couple de retraités quasi septuagénaires contraint de quitter un logement social aux Grottes après y avoir vécu trente-cinq ans. Un exemple que citera sans doute la conseillère municipale d’Ensemble à Gauche Maria Pérez, demain, lors de la plénière du Conseil municipal. Son groupe entend en effet revenir à la charge sur cet épineux dossier. Dénonçant de «nombreuses résiliations sans avertissement, ni conciliation, ni même proposition de relogement», il exigera un moratoire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.