Les francs-maçons honorent l’un des leurs

GenèveAux Pâquis, une plaque a été dévoilée en mémoire de Giuseppe Chiostergi, homme politique italien mort à Genève.

Une plaque à la mémoire de Giuseppe Chiostergi a été dévoilée samedi, devant le 20, rue Plantamour.

Une plaque à la mémoire de Giuseppe Chiostergi a été dévoilée samedi, devant le 20, rue Plantamour. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les habitants de la rue Plantamour s’en souviendront quelque temps. Pourquoi cette fanfare entonnant l’hymne national, puis celui de l’Italie? Qui sont tous ces gens, hommes pour la plupart, groupés sous le numéro 20 de leur rue? Pour quelle raison la police municipale a-t-elle bloqué la rue, et une dépanneuse enlevé une automobile gênante? C’est pour célébrer la mémoire de Giuseppe Chiostergi, franc-maçon et homme politique italien, qu’une cérémonie s’est tenue samedi à 11 h. Cet ancien député s’est établi en 1916 à Genève. En 1926, l’Italie lui a retiré son passeport car Chiostergi avait refusé de rejoindre les fascistes de Mussolini.

Grand maître du Grand Orient d’Italie, Stefano Bisi a résumé le parcours de son compatriote. La loge suisse Alpina, la plus importante d’Helvétie, était représentée par son actuel grand maître, Dominique Juilland. Et la Ville de Genève par son secrétaire général adjoint, Olivier-Georges Burri.

Afin de marquer l’événement, même le conseiller d’État Mauro Poggia était présent, venu en scooter avant de rejoindre son parti en campagne à Meyrin. Fils d’Italiens, le magistrat a évoqué son aïeul: «La vie de Chiostergi m’a rappelé celle de mon grand-père, à qui le passeport avait aussi été retiré en 1926 pour les mêmes raisons.»

Le magistrat en a profité pour appeler les citoyens à se mobiliser si, d’aventure, le monde devait à nouveau basculer dans l’horreur du nazisme ou du fascisme. En l’écoutant, Alain Marti, ancien maître de la loge Alpina, a harangué les participants: «Faites alors appel aux maçons! Nous serons là!» Un murmure approbateur a parcouru la foule mais, les «fils de la lumière» préférant plutôt rester dans l’ombre, aucun n’a crié. Muets, ils ont acquiescé avant de se disperser. Roland Rossier

Créé: 13.10.2019, 17h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...