François Hollande à Palexpo, entre dédicaces et cafés gourmands

VisiteÀ l’occasion de la sortie de son livre «Les leçons du pouvoir», l’ancien président français est venu à Genève au salon Communica.

L’ancien chef de l’État français s’est prêté au jeu des photos avec ses admirateurs. (Photo: L. Fortunati / Vidéo: A. Dejardin, M. Grosjean)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je n’avais pas voté pour lui, mais c’est quand même un honneur de pouvoir rencontrer un ancien président en chair et en os, de tout près, comme ça.» Dans la (modeste) file de dédicaces de François Hollande à Palexpo, beaucoup de visiteurs partagent l’avis de ce jeune Bellegardien. «J’espère que je pourrai avoir un selfie», nous souffle Ariane Hauser, une Genevoise franco-suisse, le livre Les leçons du pouvoir sous le bras. Oui, elle le pourra. Et même une vraie photo, prise par le garde du corps. Bronzé et presque débonnaire, l’ancien président français se laissera photographier avec toutes les personnes de la file qui le voudront.

«Comment vous appelez-vous? Et que faites-vous dans la vie?» demande-t-il d’une voix douce à chacun. Plus attentif qu’une Enjoy Phoenix enchaînant les câlins, François Hollande écrivain passe une à deux minutes avec ses futurs lecteurs, écoute les salutations déférentes comme les conseils politiques de son public sans signe de lassitude visible. «Il adore ça, assure Samia Aït-Arkoub, cheffe de cabinet de l’ancien président. Tout à l’heure, nous irons à Annemasse.»

Fromages et débat

Satisfaits de leur dédicace, les visiteurs se frayent un chemin entre les stands de marketing, de décoration d’intérieur et de robots humanoïdes du salon Communica qui organise l’événement jusqu’à la grande salle grise où se dressent des dizaines de tables à nappes blanches. Un dîner semi-mondain – ou déjeuner, parlons gaulois – y aura bientôt lieu, pendant l’entretien de l’ancien chef d’État mené par Darius Rochebin. À la «table d’honneur» se trouve un cocktail de personnalités diverses, de Charles Giscard d’Estaing à la princesse Marie-Gabrielle de Savoie en passant par Gilles Marchand (directeur de la SSR) et Luc Barthassat (ex-conseiller d’État genevois). Alain Berset et Sami Kanaan sont excusés, apprend-on par l’animatrice introduisant le débat. Sur les autres tables, des convives en costard ou tailleur se passent les plateaux de fromages. Le prix du lunch étant de 250 francs, la plupart n’hésitent pas à tester la totale: pâtes dures, pâtes molles et avec moisissures.

Sur scène, François Hollande, très à l’aise, alterne la confidence retenue et l’humour discret: «Le soir de mon élection, je savais que j’étais président vers 18 h, après les premiers sondages transmis par mes collaborateurs. Mais qu’est-ce que fait le président qui est le seul à savoir qu’il l’est? Eh bien il attend le journal de 20 heures. C’est à ce moment-là que j’ai vraiment réalisé. Et dans les minutes qui ont suivi, où j’ai reçu les félicitations des dirigeants de la planète.»

«Poutine est provocateur»

François Hollande se montre franc sur certains sujets: «Poutine peut être provocateur, cassant, puis changer de ton rapidement. Avec lui, tout est rapport de force. Toute faiblesse de nos démocraties sera utilisée par la Russie.»

Il aura cette observation sur la différence d’attitude des sexes lors de nominations à des postes à responsabilités: «En général, les hommes étaient déçus de n’avoir pas plus de pouvoir que celui qui leur était attribué, tandis que les femmes se demandaient si elles seraient à la hauteur du poste.»

Après avoir rappelé que François Hollande avait ordonné la mise à mort d’un djihadiste sur sol étranger (le pays en question restera tu), Darius Rochebin lui demande s’il a aimé être un chef de guerre. «Non, mais je me suis mis complètement dans cette responsabilité. Mon quinquennat a été traversé par les attentats. J’ai essayé de rassurer et de protéger la population», conclut-il.

Il quitte la scène tandis que résonnent les applaudissements du public et le tintement des verrines des cafés gourmands que l’on débarrasse. (TDG)

Créé: 10.10.2018, 17h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Khashoggi, l'Arabie saoudite et le Yémen
Plus...