Passer au contenu principal

La fraise s’invite à la Fête de la tomate. Enquête sur le deuxième fruit rouge

Alors que la fausse baie est célébrée pour la première fois à Carouge ce week-end, décryptage de ses conditions de production.

La Mara des bois est compliquée à récolter car elle marque très vite. Il ne faut pas toucher le fruit, sinon en vingt-quatre heures il pourrit.
La Mara des bois est compliquée à récolter car elle marque très vite. Il ne faut pas toucher le fruit, sinon en vingt-quatre heures il pourrit.
Steeve Iuncker Gomez

C’est une première: la Fête de la tomate «ramène sa fraise» en 2019 à Carouge. L’occasion de se pencher sur la production locale de cette fausse baie, disponible ici d’avril à octobre.

La culture de fraises s'est notamment bien développée cette année. Elle occupe au maximum 10 hectares à Genève: 7 hectares au sein de la coopérative de l’Union maraîchère genevoise (UMG), et le reste réparti entre de gros producteurs et la vente directe (voir nos adresses), beaucoup plus anecdotique. Les fraises genevoises semblent avoir trouvé leur marché, notamment grâce à des structures plus modernes que dans le reste de la Suisse et qui permettent à certaines variétés d’arriver plus tôt dans la saison.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.