Quelle part des frais paie le passager d’un bus?

Fact-checkingL’usager genevois ne couvrirait que 39% des coûts, dit un député. Vrai?

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’usager des transports publics à Genève ne paie que 39% des frais réels»

Bernhard Riedweg, député UDC

Dans quelle mesure le coût d’un réseau de transports publics est-il couvert par des subventions publiques ou par les gens qui l’utilisent? Lors d’un débat public, organisé le 2 mai en amont de la prochaine votation sur les tarifs, le député UDC Bernhard Riedweg a soutenu que l’usager genevois des transports publics ne couvre plus que 39% des frais avec son billet ou son abonnement. Le solde provient de subsides cantonaux, communaux ou fédéraux. Donc, du contribuable.

Est-ce vrai? Tout dépend de la façon de compter. Officiellement, le taux de couverture (c’est le terme spécialisé) est de 48,7% chez les opérateurs participant à la communauté tarifaire Unireso. Mais, précise l’Etat, on peut aussi calculer un taux de couverture complet qui tient compte de frais financiers et de la redevance que les opérateurs doivent payer pour leur utilisation d’infrastructures dont ils n’ont pas financé la construction (par exemple, les rails du réseau de tram). Dans un tel décompte, poursuit l’Etat, le porte-monnaie de l’usager ne supporte plus que 38,35% des frais effectifs. Ce chiffre se rapproche de celui avancé par le député.

La norme en Suisse est que les frais soient financés pour moitié par les subventions publiques, pour l’autre par les utilisateurs. Dans les faits, le taux de couverture varie grandement selon le type de desserte. Principal opérateur d’Unireso, les Transports publics genevois (TPG) détaillent chaque année dans leur rapport de gestion les taux de couverture de chaque ligne et genre de lignes. Le réseau secondaire urbain d’autobus (lignes 31 à 54) est celui qui a nécessité le plus de soutien des fonds publics en 2016: le passager n’y paie que 24,1% des frais en moyenne. Très utilisés, les tronçons suisses des lignes transfrontalières sont les plus proches de la rentabilité, avec un taux moyen de 72,7%.

(TDG)

Créé: 11.05.2017, 11h46

Dossiers

Articles en relation

La gauche défend le ticket de bus bon marché

Transports publics Partis et associations motivent leur rejet des tarifs rehaussés. Plus...

Le bus gratuit pour les jeunes rebute les députés

Grand Conseil Des voix minoritaires mais croissantes veulent accorder aux moins de 18 ans le libre accès aux transports publics. Plus...

Pourquoi Genève vote à nouveau sur le ticket de bus

Votations du 21 mai Trois ans après un scrutin semblable, les citoyens doivent jauger les tarifs des transports publics. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...