Forte affluence aux urgences de l’Hôpital cantonal, entre janvier et juin 2019

MédicalAu premier semestre, les HUG ont enregistré près de 48 500 entrées pour assurer des soins urgents.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le service des urgences est sous tension. En raison de sa nature mais aussi de l’affluence, en forte hausse depuis le début de l’année. Entre janvier et juin 2019, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont enregistré près de 48 500 entrées, soit environ 2000 de plus que lors de la même période de 2018.

En six mois, la hausse s’est ainsi établie à 4,2% s’agissant des adultes, a communiqué les HUG. La progression de janvier à juin est encore plus importante en y incluant les urgences pédiatriques: 4,8%. Des mesures sont en cours pour améliorer la prise en charge des patients et des postes supplémentaires sont prévus. «Une nouvelle procédure d’accueil des patients est en train d’être mise en place avec pour objectif d’accélérer l’évaluation et de fluidifier la prise en charge médico-soignante», expliquent les HUG.

Le nombre d’interventions chirurgicales a aussi augmenté d’une manière notable, tout comme celui des prises en charge ambulatoires. Le chiffre est considérable: plus de 558 000! Soit davantage que la population du canton, qui dépasse à peine le demi-million.

Toujours pour les six premiers mois de l’année, la durée de séjour a aussi augmenté. Les patients passent en moyenne sept jours à l’hôpital, un peu plus qu’en 2018 (6,8 jours).

Le nombre d’emballages écoulés par la pharmacie de l’hôpital a diminué de 8%. Pourquoi? «Cette évolution est due au fait qu’il existe une fluctuation des activités de production, car certains produits sont fabriqués en une seule fois pour deux ans», explique l’institution.

Sur le plan financier, cette forte activité se reflète dans les chiffres: les recettes sont en hausse de 7,7 millions de francs par rapport au budget. Les revenus hospitaliers ont légèrement baissé, passant de 300,7 millions de francs à 299,2 millions de francs (–0,5%) mais ceux qui proviennent de la prise en charge ambulatoire ont bondi de 5%, passant de 177,5 millions de francs à 186,4 millions de francs.

Quant aux charges, expliquent les HUG, elles ont été impactées «par des surcharges d’activité liées notamment à la grippe, par des remplacements pour maladie des collaborateurs-trices et par la consommation accrue de matériel médical, médicaments et produits de laboratoires». Le déficit du premier semestre se monte à 6,6 millions de francs (5,3 millions au 30 mars 2019).

Un peu plus de 10 077 postes de travail (équivalents plein-temps) existent aux HUG, contre 9935 à la fin de juin 2018. Dans ce cas, la hausse est de 1,4%, proche de celle des frais de personnel (1,5%).

Créé: 02.08.2019, 18h33

HUG : les chiffres principaux du premier semestre 2019

Articles en relation

«La sécurité à l’hôpital, oui, mais pas avec des videurs!»

Expulsion des HUG Suisse né en Syrie, Ahmad Majbour confie sa version de l’expulsion musclée de l’ex-maire d’Alep. Il dément avoir porté des coups. Plus...

Expulsion de l’ex-maire d’Alep: les HUG assument

Malaise Après avoir employé la manière forte envers un patient, l’Hôpital s’explique. Selon lui, ce gréviste de la faim n’avait pas besoin de soins et mettait en danger les Urgences. Plus...

Les HUG ouvrent une consultation pour les futures mères fumeuses

Santé Une femme enceinte sur sept fume. L'Hôpital cantonal veut offrir une aide à celles qui souhaitent arrêter et ouvre une permanence tous les lundis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...