Florian et Krystal font de l’éloquence une évidence

JeunevoisChaque semaine, le Club genevois de débat se réunit pour pratiquer l’art oratoire. Rencontre avec deux de ses membres.

Krystal Claret et Florian Parini souhaitent élargir le public de leurs rencontres oratoires.

Krystal Claret et Florian Parini souhaitent élargir le public de leurs rencontres oratoires. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La même énergie traverse Florian Parini et Krystal Claret: un esprit revendicateur, une facilité à parler en public et une passion pour l’art oratoire sous toutes ses formes. Florian, étudiant en master de management public, confie que c’est son penchant pour la justice qui l’a en premier lieu poussé vers le débat: «Dès l’école primaire, c’est moi qui défendais mes camarades dans la cour de récréation.» Étudiante en sciences politiques, Krystal cherchait pour sa part à mettre plus de forme dans ses discours lorsqu’elle a entendu parler du club pour la première fois.

Créé initialement par et pour les étudiants de la Faculté de droit, le Club genevois de débat avait pour vocation de préparer les élèves à l’examen de rhétorique – la plaidoirie et la défense faisant partie des apprentissages de cette filière. Depuis, ses objectifs se sont étendus. «Nous cherchons désormais à attirer un plus large public à nos rencontres, explique Krystal. Non seulement des étudiants de diverses facultés, mais également des collégiens et des personnes en emploi. Les plus jeunes ont généralement autour de 18 ans et les plus âgés 60.»

Des débats sont organisés chaque mardi dans une salle de l’Uni Mail. Les sujets concernent souvent des questions d’actualité. Deux équipes sont formées, l’une en faveur et l’autre opposée à l’objet du débat. Le but est de construire un argumentaire persuasif. On peut faire valoir ses idées selon différents angles: humoristique, absurde, sérieux, théâtral, solennel, pince-sans-rire… «Les participants ne choisissent pas leur camp, on peut donc se retrouver à défendre une cause contraire à nos valeurs, ajoute Florian. Cela peut créer de la frustration, mais c’est bien plus intéressant, cela permet de sortir de sa zone de confort en se mettant dans la peau d’une personne qui ne pense pas comme nous.»

Les membres du club sont convaincus des avantages que procure une bonne éloquence au quotidien, autant dans le cadre d’un entretien d’embauche que d’un exposé, voire lors d’un rendez-vous galant. «Cela permet de mettre de l’ordre dans ses idées et de savoir les partager. On développe également son empathie et son sens de l’écoute, qui sont finalement tout aussi essentiels que la parole dans un débat. Il faut se laisser inspirer par l’autre!»

Créé: 24.09.2019, 10h55

Sur internet

https://www.clubdedebat.ch/" https://www.facebook.com/clubdedebat

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dix écoles genevoises cambriolées
Plus...