Une fondation genevoise récompense un médecin cambodgien au parcours exceptionnel

SantéLe jury du Prix de Genève pour les droits de l’homme en psychiatrie a primé le professeur Ka Sunbaunat.

Victime des Khmers rouges, Ka Sunbaunat a néanmoins choisi de rester au Cambodge et d’étudier la médecine. Aujourd’hui, il est considéré comme le père de la psychiatrie cambodgienne.

Victime des Khmers rouges, Ka Sunbaunat a néanmoins choisi de rester au Cambodge et d’étudier la médecine. Aujourd’hui, il est considéré comme le père de la psychiatrie cambodgienne. Image: J. Oliveira

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans une culture qui survalorise la réussite sociale, l’autonomie et l’indépendance, la vulnérabilité et la souffrance mentale sont souvent stigmatisées. Depuis 2000, une fondation genevoise récompense des individus ou des associations ayant défendu les droits des patients psychiques, dans des contextes parfois très défavorables. Cette année, le jury du Prix de Genève pour les droits de l’homme en psychiatrie, présidé par Ruth Dreifuss, a primé un médecin cambodgien, le professeur Ka Sunbaunat.

Victime des Khmers rouges, astreint à un travail physique très dur, dont il lui reste des séquelles profondes, Ka Sunbaunat a néanmoins choisi de rester au Cambodge et d’étudier la médecine. Aujourd’hui, il est considéré comme le père de la psychiatrie cambodgienne. La fondation genevoise le décrit comme un «symbole de résilience». Le prix qui couronne son parcours, d’un montant de 20 000 francs, lui sera remis à Madrid en septembre prochain, lors du congrès de l’Association mondiale de psychiatrie.

Ce prix peu connu est décerné depuis 2000. La fondation qui l’attribue a été créée en 1999 par le professeur Norman Sartorius, ancien directeur de la santé mentale à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et un groupe de personnes (psychiatres, avocat, journaliste), dans le but de réduire la méconnaissance et la discrimination qui entourent les maladies psychiques et afin de promouvoir l’éthique et l’équité dans leur prise en charge. «On se bat pour que les patients psychiques aient tous leurs droits de citoyens», résume le professeur François Ferrero, actuel président de la fondation et ancien responsable du Département de psychiatrie aux Hôpitaux universitaires de Genève. «Notre rêve est d’utiliser notre prix pour faire connaître la stigmatisation et les phénomènes d’exclusion qui découlent du mal-être psychique. Certaines personnes s’engagent de manière extraordinaire. Nous ne visons pas à récompenser un psychiatre forcément. Le jury aime retenir des figures de résistance, des gens qui dérangent, qui bagarrent avec les dirigeants, des personnes en lutte contre un certain système, vigilantes face aux honneurs, à la réussite.»

Pour faire le tri parmi la trentaine de dossiers reçus des cinq continents, la fondation a retenu trois critères. Une action inscrite dans la durée, ciblée sur les droits de l’homme en psychiatrie et revêtant un caractère exceptionnel. A noter qu’un certificat avec mention spéciale est décerné à un comptable ougandais: Joseph Atukunda a souffert d’une maladie psychique grave à la fin de l’adolescence et a créé une association qui vient aujourd’hui en aide à un grand nombre de patients.

Créé: 30.07.2014, 08h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.