Fin d’une saga: Le Relais de l’Entrecôte déménage

RestaurationLe propriétaire ne voulait plus d’un restaurant dans son arcade. Il devra le remplacer par… un restaurant.

La brasserie historique a plié bagage pour se reloger… trois pâtés de maisons plus loin.

La brasserie historique a plié bagage pour se reloger… trois pâtés de maisons plus loin. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Relais de l’Entrecôte a fermé ses portes. Au 49, de la rue du Rhône, la marquise rouge a disparu, la carte des menus n’est plus affichée et les rideaux blancs ont été retirés. Cette brasserie historique a fini par plier bagage pour se reloger trois pâtés de maisons plus loin. Le propriétaire des lieux ne voulait plus d’un restaurant. Et pourtant, il risque fort de relouer les locaux à… un restaurant. On appellera ceci le «paradoxe de l’entrecôte». La fin de cette enseigne a suscité une incroyable saga judiciaire qui a occupé par trois fois les juges du Tribunal fédéral. Elle illustre l’attachement des Genevois à leurs vieux bistrots et leur aversion à l’envahissement du luxe au centre-ville.

En 2006, Le Relais de l’Entrecôte reçoit son congé. Le propriétaire de l’immeuble, Zurich Assurance, n’a plus envie d’abriter un restaurant. La frite et les livraisons matinales semblent ne pas seoir au standing des lieux, dont la valeur en pâtirait. L’exploitant du Relais se défend. Il obtient d’abord gain de cause auprès de la justice genevoise, avant de se faire débouter par le Tribunal fédéral, qui veille à la liberté contractuelle.

Comme des mouches

La résiliation du bail suscite la grogne populaire à une période où les bistrots des Rues-Basses tombent comme des mouches. Le Radar, La Crémière et Le Cristallina succombent à l’avancée du luxe et des grandes enseignes internationales. Même le très libéral conseiller d’Etat Mark Muller s’émeut devant l’hécatombe. En 2008, il intervient auprès de Zurich Assurance pour l’inciter à la retenue. Sans suite. L’Etat lance alors une procédure pour classer le décor intérieur de la brasserie, qui date de 1912. Zurich Assurance s’y oppose et porte l’affaire devant le Tribunal fédéral. Cette fois, elle perd. Boiseries, pieds de table et serrureries sont ainsi sauvés.

Développements dans nos éditions papier et numériques du vendredi 4 juillet. (TDG)

Créé: 03.07.2014, 20h37

Articles en relation

Le Relais de l'Entrecôte est contraint au déménagement

Restauration L'enseigne genevoise de la rue du Rhône va fermer ses portes. Elles devraient rouvrir à la rue d'Aoste, au printemps prochain. Plus...

Le Tribunal fédéral confirme le classement du Relais de l’Entrecôte

Patrimoine L’intérieur de la brasserie de la rue du Rhône est désormais protégé. Reste à savoir si l’établissement sera sauvé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...