On fête la non-rénovation des Bastions

AménagementPendant qu’aux Philosophes, on célèbre la fin des travaux de réfection du bâtiment de l'Université, aux Bastions, on fête l'absence de rénovation!

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lundi, pendant qu’au bâtiment des Philosophes, on célèbre la fin des travaux de réfection, à l’Université des Bastions, on fête la «non-rénovation» des bâtiments. «Je suis fier de vous annoncer que ce bâtiment n’a pas été rénové et ne le sera pas avant au moins 2022!»

Trois étudiants, coiffés de casques de chantier, ont organisé une action pour dénoncer l’état de vétusté de leur Université. Et ils l’ont fait avec humour: perché sur une table, un premier orateur ouvre la partie officielle, c’est «l’Irresponsable des travaux». Suivi par un discours de la «Mentalité responsable de la non-rénovation», qui tourne en dérision les travaux menés jusqu’à présent aux Bastions. Elle conclut avec ironie: «C’était trop dangereux et coûteux de rénover la vieille balustrade. Heureusement, elle s’effrite maintenant d’elle-même!» A la tête de cette contestation, Deniz Ates, étudiant en histoire. Il a créé il y a un an un site participatif avec un ami pour répertorier les tares des Bastions, puis a lancé une pétition pour la rénovation du bâtiment et a récolté 3000 signatures.

A l’origine, l’aile Jura et le bâtiment central des Bastions devaient être rénovés après les Philosophes. Mais ces travaux – devisés à 70 millions de francs – ont été rayés du plan décennal d’investissements en septembre 2013. A défaut d’un ravalement en profondeur, l’Uni a quand même eu droit à un lifting en surface, ce printemps, pour un coût d’un million de francs, cofinancés par l’Université et l’Etat. Création de bureaux, remise en état de velux, remplacement de moquettes, rénovation de salles, peintures, interventions sur le système électrique, entre autres. Des travaux «cosmétiques», fustigent les étudiants. «On a repeint les murs à moitié car il n’y avait pas d’échafaudages, on a seulement rafraîchi les portes des WC pourtant vétustes voire inutilisables, on a mis un peu de ciment pour boucher les trous. On s’est contenté de masquer les problèmes!»

La «non-inauguration» s’est conclue par un apéritif et un couper de ruban – du papier toilette recyclé. «Nous déclarons officiellement les Bastions non-rénovés!» (TDG)

Créé: 08.12.2014, 18h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.