Passer au contenu principal

Une fête pour mettre fin à la contamination des enfants par le virus du sida

ONUSIDA a besoin de fonds pour protéger les bébés et leurs mères. Un gala s’est tenu jeudi soir à l’Hôtel Intercontinental.

Les tenues élégantes n’empêchent pas l’altruisme. Preuve en a été donnée ce jeudi soir à l’Hôtel Intercontinental, où quelque 350 invités ont répondu à l’appel d’Onusida, le programme des Nations Unies qui coordonne le combat contre l’épidémie. Tombola et enchères ont permis de lever des fonds pour empêcher le VIH, le virus à l’origine du sida, d’infecter des enfants. Cette protection est le plus souvent possible si les femmes séropositives reçoivent un traitement adéquat durant leur grossesse.

«Des ressources sont nécessaires pour améliorer les traitements et vaincre les résistances, mais les gouvernements du Sud doivent aussi mieux se responsabiliser», estime Michel Sidibé, directeur exécutif d’Onusida, qui souligne les grands progrès réalisés face au fléau. Parmi ses invités, une Canadienne de 16 ans, séropositive dès sa naissance, qui a apporté son témoignage. «Je vois bien que le VIH rend encore les gens inconfortables: moi qui suis née avec, je veux abattre ces barrières», déclare Ashley Rose Murphy.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.