Une ferme aquaponique à deux pas de la gare

Agriculture urbaineUne micro-ferme qui allie élevage de poissons et culture de plantes vient d'ouvrir ses portes à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nichée derrière le café de la petite reine, près de la gare Cornavin, une micro-ferme aquaponique a été inaugurée jeudi. Aqua-quoi? L'aquaponie est l'association de l'aquaculture, qui désigne l'élevage en eau douce et de l'hydroponie, qui concerne la culture de plantes hors-sol. Pour résumer, «l'aquaponie ce sont des poissons et des plantes qui s'aident mutuellement à grandir ensemble», simplifie Julie Conti, initiatrice du projet. Les déjections des poissons servent d'engrais pour les plantes qui jouent un rôle de filtre biologique en purifiant l’eau des effluents des animaux à écailles. Un cercle vertueux en somme.

L'association Exodes Urbains, créée en avril 2015, souhaite agir pour «la promotion d'une agriculture urbaine et responsable». Julie Conti et Fanny Bernard sont ses deux cofondatrices. Poussées par «la volonté d'agir et de sortir de leur zone de confort», ces deux ex-étudiantes en HEC ont décidé de mettre en lumière l'aquaponie. «Nous ne souhaitons pas mettre en place une grosse production poussive, mais donner une vitrine à l'aquaponie en Suisse Romande.»

Bienvenue en aquaponie

La structure de la micro-ferme est constituée d'un container coiffé d'une serre. Lors de l'inauguration, jeudi, les nombreux curieux ont dû faire preuve de patience, formant une file pour visiter la maisonnette de 15 m2.

Dans le fond du container, deux bacs de 30 et 70 tilapias (poissons africains) sont dissimulées sous un escalier. Les herbes aromatiques sont à l'étage. Deux filtres sont nécessaires pour l'acheminement de l'eau des tilapias vers les plantes, dont les bacs sont reliés par des tuyaux. Le premier est mécanique, il permet d'enlever les éléments trop solides. Le second est une boîte remplie d'une multitude de morceaux de plastiques développant des bactéries qui permettent à l’ammoniaque, présente dans les effluents, de se transformer en nitrate, bon pour les plantes.

Des ateliers pour petits et grands

L'objectif de l'association Exodes Urbains est de créer un espace de pédagogie et de découvertes. Des ateliers payants, pour petits et grands, devraient être mis en place d'ici à la rentrée 2016. Pour apprendre, par exemple, à construire son propre aquarium aquaponique à l'aide de matériel de récupération. «Des petites structures qu'on peut mettre dans la cuisine», détaille Fanny Bernard.

La ferme est actuellement située sur le parking du 1 rue Fendt pour une période de six mois. Julie Conti confie qu'elles étudient une demande pour une installation à plus long terme. La structure, hors frais de fonctionnement, a coûté environ 27 000 francs. Mais, elle n'est pas destinée à être rentable. Une campagne de financement participatif menée fin 2015, les soutiens de l'entreprise Ecavert, du programme G'innove de la Ville de Genève ainsi que celui de l'incubateur de startups Impact Hub Geneva ont permis à Exodes Urbains de mener son projet sereinement.

L'association est toujours à la recherche de bénévoles. Elle espère aussi profiter de la micro-ferme pour donner de la visibilité à l'aquaponie et trouver des financements pour pouvoir construire de plus grandes structures. Avec comme ambition, un jour, d'utiliser les toits de Genève pour installer d'autres fermes aquaponiques.

La ferme aquaponique sera ouverte au public à l’occasion de la semaine européenne du développement durable le week-end des 4 et 5 juin. Plus d'information sur exodesurbains.com.

Créé: 27.05.2016, 15h11

Articles en relation

Une ferme aquaponique au cœur des Grottes

Insolite L’exploitation allierait élevage de poissons et culture de feuillus ainsi que de plantes aromatiques Plus...

«Nos clients aiment tous cuisiner et bien manger»

Agriculture urbaine La Ferme de Budé cultive ses légumes bio en ville de Genève et vend des produits locaux depuis six ans. Ça gagne peu, mais c’est bon. Plus...

Petit à petit, le ver de terre remplace la charrue

Agriculture genevoise Plus écologique, plus économique et moins agressive pour le sol, cette méthode fait de plus en plus d’émules. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.