Une ferme aquaponique au cœur des Grottes

InsoliteL’exploitation allierait élevage de poissons et culture de feuillus ainsi que de plantes aromatiques

Fanny Bernard (G) et Julie Conti(D), membres de l'association

Fanny Bernard (G) et Julie Conti(D), membres de l'association "exodes urbains", présentent le projet de micro ferme aquaponique qui sera installée sur le parking de la rue Fendt, aux Grottes. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une ferme aquaponique pourrait voir le jour sur un parking des Grottes. Vous imaginez des poneys pataugeant derrière la gare? Julie et Fanny, les deux pétillantes initiatrices du projet, sont là pour mettre de l’ordre dans notre esprit. Le terme aquaponique vient des mots «aquaculture», qui désigne la production d’organismes en eau douce, et «hydroponie», qui se rapporte à la culture des plantes hors-sol. Une ferme de ce type consiste donc en un circuit d’eau fermé permettant à la fois l’élevage de poissons et la pousse de feuillus.

Si le procédé est déjà bien rodé outre-Sarine et dans d’autres pays d’Europe, il n’a pas encore été testé en Suisse romande. L’exploitation des Grottes serait donc une première dans la région. Mais pour concrétiser leur projet, Julie et Fanny cherchent encore près de 20 000 francs. Les deux jeunes femmes viennent de lancer une collecte de fonds avec, à la clé, des «menus dégustation» offerts aux généreux donateurs. Si tout va bien, leur exploitation pourrait prendre place sur le parking de la rue Fendt au printemps prochain.

A quoi ressemblera-t-elle? Si le mot «ferme» suggère un établissement de taille importante, celle des Grottes ne dépassera pas la largeur d’un conteneur maritime. De quoi abriter une cuve à poissons et un petit local technique. La serre installée au-dessus pour les plantes pourrait, elle, atteindre plusieurs mètres de hauteur.

Mais l’attrait du projet réside dans le principe même de l’aquaponie. Dans un tel système, les déjections des poissons sont transformées à l’aide de bactéries en nourriture pour les plantes, qui jouent de leur côté un rôle de filtre biologique en purifiant l’eau des effluents engendrés par les poissons. «Le seul élément extérieur dans ce système est la nourriture pour les animaux», relève Julie, convaincue par le procédé.

Fortement exposés aux changements de température, tous les alevins ne peuvent pas être élevés dans ces conditions. «Nous avons donc abandonné l’idée des perches pour prendre des tilapias, une espèce vietnamienne très résistante, précisent les deux Genevoises. Ce poisson à chair blanche est délicieux lorsqu’il est bien nourri.» Quant aux plantes, ce sera exclusivement des feuillus et des herbes aromatiques, «des cultures basses et faciles d’entretien», note Fanny.

Pour plus d’informations: www.exodesurbains.com

Créé: 26.10.2015, 18h28

Articles en relation

Patate douce: une fille des tropiques en terre genevoise

Terroir Le maraîcher Bernard Blondin a planté le tubercule exotique à Bardonnex. Résultats bien dodus. Plus...

«Nos clients aiment tous cuisiner et bien manger»

Agriculture urbaine La Ferme de Budé cultive ses légumes bio en ville de Genève et vend des produits locaux depuis six ans. Ça gagne peu, mais c’est bon. Plus...

Chahuté, Syngenta subit la chute des ventes de désherbants

Agriculture Le groupe bâlois de semences et de produits chimiques a confirmé une croissance plate au troisième trimestre. Plus...

John Schmalz: de la banque à l’agriculture

Portrait Rencontre avec le nouveau président de l’Office de promotion des produits agricoles de Genève. Plus...

Petit à petit, le ver de terre remplace la charrue

Agriculture genevoise Plus écologique, plus économique et moins agressive pour le sol, cette méthode fait de plus en plus d’émules. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.