Les femmes seront mieux représentées au parlement

Grand ConseilElles seront un peu plus de trente, contre 26 lors de la dernière législature. Analyse.

Manuela Honegger, candidate de

Manuela Honegger, candidate de "Laliste - Femmes 2018" à l'élection du Grand Conseil, s'exprime sur le plateau de télévision Leman Bleu. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lors de la prochaine législature, le parlement devrait compter 32% de femmes (le taux sera définitif après le résultat du second tour de l’élection du Conseil d’État). Un score qui avoisine celui de 2005 (31%) et qui marque une remontée par rapport à la dernière législature, lors de laquelle les femmes étaient en mauvaise posture, avec 26 sièges sur 100.

Après la libération de la parole féminine dans le sillage de l’affaire Weinstein et du mouvement #metoo il y a six mois, la représentation des femmes était particulièrement scrutée lors de ces élections. Durant la campagne, leur cause aura eu droit à son propre ticket par le biais de la Liste Femmes, qui a réuni dix-neuf candidates indépendantes. Si elle n’a pas atteint le quorum, elle n’a pas à rougir de ses 3,2%, qui marquent un résultat relativement proche de celui d’Éric Stauffer et de Genève en Marche, aux moyens faramineux (4,1%), et qui la placent loin devant les quatre autres petites listes présentes.

«C’est tout simplement incroyable, réagit la porte-parole de la Liste Femmes, Manuela Honegger. On a réussi à faire parler de nous avec presque rien.» Ce qui réjouit le plus cette politologue de métier, «c’est d’avoir créé un débat autour des femmes en politique ainsi qu’un espace dans lequel elles ont pu s’associer et parler des enjeux qui les concernent, qu’elles soient de gauche ou de droite. Il y a des alliances que nous devons avoir sur des dossiers lourds comme l’égalité salariale. Il n’y a que les femmes qui puissent les faire passer.» Manuela Honegger précise que ces dix-neuf femmes se sont réunies en un temps record, en décembre dernier. «La preuve que les partis gouvernementaux ne savent pas les recruter. Ils ont tendance à nous dire ce que nous devons penser. Et leur structure continue de favoriser la carrière des hommes.»

Une question subsiste toutefois: ce résultat de quelque 32% aurait-il été meilleur ou moins bon sans cette liste purement féminine? Si Manuela Honegger estime avoir mis à l’agenda politique la cause des femmes, la députée Anne Marie von Arx-Vernon, arrivée à la troisième place de la liste PDC, pense au contraire qu’elle a soustrait des voix aux candidates d’autres partis. «Cette liste a eu pour effet de dilapider les voix destinées aux femmes. Si ces candidates étaient entrées dans les partis gouvernementaux, cela aurait renforcé les femmes. Avec la libération récente de la parole des femmes, avec ou sans cette liste, le sujet ne pouvait que surgir sur le devant de la scène. Les femmes occupent de plus en plus les lieux publics, le territoire, le débat, elles ont gagné en visibilité. J’aurais espéré que cela se verrait davantage dans le résultat final au parlement, même si on se réjouit de ce léger progrès.»

La députée PS Caroline Marti est plus mesurée: «La Liste Femmes a contribué à faire émerger cet enjeu. Mais on peut se demander où leurs 3,1% de voix – un très bon score – seraient allés. Vers des partis qui soutiennent l’égalité? J’ai tendance à penser que oui.» Pour la socialiste, le «léger» regain de femmes au Grand Conseil ne s’explique pas seulement par une actualité favorable. «Leur sous-représentation ces dernières années correspondait au succès du MCG et de l’UDC, qui en comptent peu. Comme ils perdent des voix, et que l’Alternative en gagne, ce n’est pas étonnant que les femmes soient mieux représentées. Reste qu’une trentaine de sièges, ce n’est pas suffisant.»

Même réaction chez Salika Wenger, d’Ensemble à Gauche: «Ce résultat montre simplement qu’il manque près de 20% de femmes à bord. L’électeur n’est pas encore habitué à les voir porter des responsabilités politiques.» A noter que les Verts sera le seul parti à compter davantage de femmes que d’hommes (8 sur 15). (TDG)

Créé: 15.04.2018, 20h39

Articles en relation

Barthassat: «Mon score n’est pas une surprise»

Élections cantonales Arrivé en neuvième position, le conseiller d’État PDC chargé des Transports, Luc Barthassat, relativise. Plus...

La mobilisation, facteur clé du futur visage du gouvernement

Elections cantonales Le taux de participation est en baisse. Pareille démobilisation remonte à dix-sept ans. Pour quelles raisons? Plus...

Pierre Ruetschi: «Les populistes ont fait leur temps»

#GE18 Le rédacteur en chef de la Tribune de Genève analyse les résultats de l'élection au Grand Conseil. Plus...

Claque aux partis antifrontaliers et antiétrangers

#GE18 L'équilibre des forces entre la gauche et le centre droit se déplace marginalement en faveur de la gauche: 41 députés contre 40. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...