Les femmes enfantent toujours plus tard

NaissancesL’âge moyen à la naissance a dépassé 33 ans à Genève. L’enfant naît hors mariage dans un tiers des cas.

L'âge moyen des femmes à la naissance de leur enfant s'élève à 33 ans.

L'âge moyen des femmes à la naissance de leur enfant s'élève à 33 ans. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les enfants se font toujours plus tard. Des statistiques publiées la semaine dernière illustrent cette tendance bien connue. À Genève, l’âge moyen des femmes à la naissance de leur progéniture a dépassé pour la première fois 33 ans (33,2 ans exactement). Ce chiffre est en hausse régulière. Il était de 31,2 ans en 2000.

Genève a enregistré 5356 naissances l’année dernière. Dans 5% des cas, la mère avait moins de 24 ans. Il y a vingt ans, ces jeunes mères étaient deux fois plus nombreuses.

À l’inverse, les femmes de plus de 40 ans ont représenté 10% des naissances l’année dernière. Elles étaient 5% dans ce cas il y a vingt ans, et 2% il y a quarante ans. La courbe de l’âge des femmes à la naissance de leurs enfants se déplace ainsi nettement. À noter que les femmes suisses et étrangères engendrent en moyenne au même âge.

Âge du premier enfant

Mais qu’en est-il de l’âge de la femme à la naissance de son premier enfant? Dans ce cas, on ne connaît que les données pour les femmes mariées. En 2017, il était en moyenne de 31,8 ans à Genève. C’est le chiffre le plus élevé en Suisse avec Bâle-Ville. Il y a trente ans, ce seuil se situait à 28,5 ans.

Autre évolution marquée: les naissances hors mariage. En 2018, un tiers des femmes qui ont enfanté n’étaient pas mariées. C’est deux fois plus qu’il y a vingt ans. En 1969, elles n’étaient que 4%.

La statistique fournit des indications sur le rang de l’enfant à la naissance. Ce qui permet d’observer une évolution intéressante. Les mères qui accouchent de leur quatrième enfant (ou plus) représentent 4% de l’effectif. Un chiffre en nette progression par rapport à une trentaine d’années.

Panne chez les hommes

Les chiffres livrés par l’Office cantonal de la statistique fournissent une autre surprise: un fléchissement subit du nombre de mâles. En général, les naissances de garçons sont plus nombreuses. On en compte entre 105 et 110 pour cent naissances de filles. Mais, en 2018, ce rapport de masculinité s’est bizarrement inversé pour se situer à 98,9. C’est la première fois depuis 1969, date de ces statistiques, que les garçons naissent moins nombreux que les filles.

Créé: 22.07.2019, 18h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...