Une femme se fait agresser en pleine rue

Fait diversLes faits, violents, se sont déroulés ce jeudi, en fin de matinée, dans le quartier de Plainpalais. L’agresseur a été interpellé par la police.

Une agression en plein jour, en pleine rue, aux abords de la place des Augustins, ce jeudi 11 avril en fin de matinée.

Une agression en plein jour, en pleine rue, aux abords de la place des Augustins, ce jeudi 11 avril en fin de matinée. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ/ARCHIVES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un homme qui frappe une femme en pleine rue: cela se passe ce jeudi matin vers 11 h aux abords de la place des Augustins, dans le quartier de Plainpalais. L’agression se déroule devant de nombreux témoins. La centrale 117 est aussitôt alertée.

Plusieurs patrouilles de police se rendent sur les lieux, ainsi que des moyens sanitaires. La victime est prise en charge sur place, avant d’être acheminée en ambulance aux Urgences des HUG.

L’important déploiement policier permet d’interpeller l’agresseur présumé non loin de là. Des faits violents confirmés par le porte-parole de la police genevoise, Silvain Guillaume-Gentil. Lequel précise, sans détailler les blessures infligées, que le pronostic vital de la victime n’est pas engagé. On ignore son âge comme du reste le lien supposé avec l’homme qui s’est jeté sur elle.

La rumeur urbaine évoque en outre des coups de feu entendus au moment de l’agression. La police dément. Les lésions constatées n’ont rien à voir avec l’utilisation d’une arme à feu. (TDG)

Créé: 11.04.2019, 15h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Benoît XVI accuse Mai 68 d'être responsable de la pédophilie
Plus...