Sa femme accouche, il se fait arrêter à Genève

DrogueUn employé de mairie qui vivait en Albanie est rattrapé par son passé. Il est pincé six ans après les faits et doit purger une peine.

Le jeune homme a été incarcéré dans la prison de Champ-Dollon.

Le jeune homme a été incarcéré dans la prison de Champ-Dollon. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jusqu’au printemps dernier, Blerim* travaillait tranquillement comme employé à la mairie de sa commune d’origine en Albanie. A priori un bon poste. Sûr et proche des siens.

Sa compagne attendait un enfant, l’avenir s’annonçait donc plutôt prometteur pour cette jeune famille de classe moyenne. Mais le passé de cet Albanais, qui a étudié à l’Université de Genève entre 2013 et 2014, l’a rattrapé…

À la fin du mois d’avril, sa femme décide, pour des raisons de confort, de venir accoucher dans un hôpital en France voisine. Il la rejoint donc en passant par l’aéroport de Genève.

Ordre d’écrou

Mais voilà, Blerim était sous le coup d’un ordre d’écrou après une ordonnance pénale qu’il n’a pas exécutée. En effet, en 2015, l’homme avait été condamné à 4 mois de prison ferme pour violation de la loi fédérale sur les stupéfiants. Il avait alors quitté la Suisse sans passer par la case prison…

Lors de sa venue à Cointrin, les gardes-frontière se rendent compte qu’il n’a pas purgé cette peine. Le prévenu albanais est rapidement conduit à la prison de Champ-Dollon sans pouvoir rejoindre sa femme en France voisine. Il patiente quatre mois derrière les barreaux.

Un nouveau coup de théâtre intervient au moment de sa libération le mois dernier: la police genevoise comprend qu’il est également sous le coup d’un mandat d’arrêt pour une affaire de drogue plus sérieuse: il est alors à nouveau interpellé et se retrouve suspecté d’un trafic d’héroïne portant sur près de deux kilos et demi.

Autant dire qu’en raison de ces nouveaux faits, il risque une nouvelle peine de prison ferme.

Visiblement, pendant ses études d’interprète à l’Université de Genève, l’homme a transporté de la drogue pour arrondir ses fins de mois… Comme son ADN a été retrouvé par la police sur plusieurs sachets d’héroïne saisis dans le canton, il est aussi soupçonné d’avoir confectionné des lots destinés au marché genevois.

En mains du premier procureur Stéphane Grodecki, la procédure pénale n’a pas traîné durant l’été: selon nos renseignements, l’enquête est bouclée et l’homme devrait être jugé par le Tribunal de police avant la fin de l’année.

«Une amère expérience»

Défendu par Me Guillaume de Candolle, le prévenu albanais conteste la quantité reprochée ainsi que son rôle dans ce commerce de stupéfiants. D’après l’enquête de la police judiciaire, une partie de la drogue reliée à ce trafic a été retrouvée en 2013 dans un appartement du quartier des Délices (quelque 900 grammes). Un autre lot a été séquestré en 2014 dans un faux plafond d’un hôtel haut de gamme proche de l’aéroport (près de 1,5 kilo).

Des erreurs de jeunesse

Au mois de mai dernier, l’enfant de Blerim est né. Pas de chance, ce père détenu n’a pas pu passer une seule journée avec lui, déplore son avocat genevois: «Mon mandant a commis des erreurs de jeunesse lors de ses études à Genève, c’est malheureux qu’il doive payer pour celles-ci alors qu’il a refait sa vie.»

Et le pénaliste genevois de conclure: «Le passé n’est jamais tout à fait le passé. Mon client en fait l’amère expérience aujourd’hui.»

* Prénom d’emprunt

Créé: 20.08.2019, 06h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...