Le fédéralisme, c’est dans l’ADN de la SSR!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les craintes exprimées par les conseillers d’État bernois et genevois Christoph Neuhaus et Antonio Hodgers, qui accusent la SSR de ne plus vouloir respecter la diversité de la Suisse, reposent sur un malentendu: le fédéralisme n’est pas une affaire de bureaux, c’est une question de contenus, de programmes, d’attitude. Pour la SSR, le respect de la diversité ne se résume pas aux locaux occupés sur tout le territoire national.

C’est par contre travailler dans quatre langues, s’intéresser à tous les cantons, aller sur le terrain aux quatre coins du pays. Autrement dit, le fédéralisme vit bien plus grâce aux programmes proposés que par l’endroit où les émissions sont produites. L’image du Cirque Knie est dans ce sens particulièrement éclairante. Le contact avec les artistes est direct et physique, les programmes de radio et TV sont eux proposés à travers les médias utilisés. Et cela n’empêche pas une étroite collaboration: Viktor Giacobbo et Mike Muller, tout comme les deux Vincent, révélés par la radio et la TV, participeront à la tournée du Cirque Knie l’année prochaine!

La SSR sera toujours basée à Genève, Lausanne, Berne, Zurich, Bâle, Coire et Lugano. Ce qui permet une vraie décentralisation. La SSR affronte des défis considérables. Révolution numérique, concurrence internationale, chute de la publicité et baisse de la redevance se conjuguent, l’obligeant à se réformer. Face à une diminution drastique de ses ressources, elle a choisi de privilégier la défense des programmes, des compétences et des emplois. Peut-on lui demander de réduire ses dépenses et maintenir ses prestations, tout en l’empêchant de gérer au mieux ses infrastructures?

La SSR entend déployer plus de journalistes sur le terrain et dans les cantons. Elle gardera à Berne le maintien intégral du centre de compétence de politique fédérale, ainsi que Swissinfo. Elle prévoit aussi que SRF renforce sa rédaction nationale, avec plus de journalistes dans la capitale. La SSR y prépare également la création d’une rédaction multilingue, qui travaillera sur des thèmes communs comme l’intégration et la cohésion. Enfin, c’est depuis Berne qu’elle développera sa nouvelle plate-forme digitale, avec tous ses contenus dans toutes les langues nationales. À Genève, une présence forte sera maintenue, avec de possibles développements dans le domaine digital et international. À la clé et dans tous les cas, plus de 500 emplois SSR maintenus à Berne et près de 1000 à Genève.

Le monde change. Le Cirque Knie n’a plus d’éléphants. Partout les métiers de radio et de télévision se connectent, particulièrement dans le domaine de l’information. Imaginer stopper cette convergence reviendrait à rêver de bloquer internet. De même, graver dans la loi des localisations radiophoniques et télévisuelles qui datent des années 60 ressemblerait à vouloir imposer aux cinéastes les lieux de tournage de leurs anciens films. Sauf à souhaiter l’affaiblir, on ne peut pas condamner le service public à l’immobilisme.

L’essentiel reste, servir la Suisse, sa diversité, mais aussi sa cohésion. Ainsi en 2019, la SSR mènera une grande opération pour célébrer les 100 ans du Cirque Knie. Avec un hommage à la famille fondatrice, des archives, des reportages régionaux, une fiction, un documentaire, elle tentera de relier les Suisses par une histoire commune. Rendez-vous en novembre sur les chaînes de la SSR! Citation Signature gras, signature normal (TDG)

Créé: 29.11.2018, 18h22


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...