Il faudra suivre un cours pour vendre ses charmes

Prévention Une sensibilisation devrait devenir obligatoire pour les personnes voulant se prostituer

Il faudra suivre un cours si on veut vendre ses charmes légalement à Genève.

Il faudra suivre un cours si on veut vendre ses charmes légalement à Genève. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Non, Genève ne va pas ouvrir une faculté de sexologie appliquée dans le quartier chaud des Pâquis. Mais oui, il faudra bel et bien suivre un cours si on veut vendre ses charmes légalement à Genève. Une modification en ce sens de la Loi sur la prostitution a été acceptée jeudi, sans opposition, par la Commission judiciaire et de police du Grand Conseil. Elle a donc toutes les chances d’être votée bientôt en plénum.

Les députés ont approuvé une série de changements proposés par le Conseil d’Etat, basés sur des recommandations de la Cour des comptes. Les magistrats avaient épinglé, entre autres, les connaissances lacunaires de la profession quant aux infections sexuellement transmissibles. Par exemple, des études ont noté une sous-estimation des risques du sexe oral non protégé. La Cour a donc conseillé au Département de la sécurité et de l’économie de Pierre Maudet d’élaborer «un projet pilote de cours de sensibilisation destiné aux travailleurs du sexe qui permette de leur fournir un message de prévention et de sensibilisation complet avant ou peu après leur prise de fonction».

Des droits et des devoirs

La nouvelle norme en fait une obligation pour toutes les personnes – femmes ou hommes – qui se déclarent auprès de la police, mais pas pour celles qui sont déjà inscrites. «Gratuite et obligatoire, cette sensibilisation portera sur les droits et devoirs des travailleurs et travailleuses du sexe, sur les aspects de santé ainsi que sur la détection des cas de traite des êtres humains», résume Anne-Marie von Arx Vernon, qui a été chargée de rédiger le rapport de la commission. Ayant voué sa carrière au secours des femmes maltraitées, la démocrate-chrétienne est sensible aux risques d’exploitation: «Au Cœur des Grottes, où je travaille, nous recueillons chaque année une dizaine de femmes victimes de prostitution forcée, et c’est la pointe de l’iceberg, témoigne-t-elle. Elles proviennent en général de petites structures très discrètes.»

Des cours multilingues

Des associations seront chargées de dispenser ces cours, en plusieurs langues, juste avant l’inscription auprès de la police. Une séance d’une heure, suivie d’une demi-heure de questions et accompagnée de documents énumérant notamment les adresses où des informations additionnelles ou des appuis peuvent être recherchés. Beaucoup de prostituées étant tout juste arrivées de l’étranger, on évoquera aussi le cadre légal de la prostitution à Genève et des aspects administratifs (assurance-maladie notamment).

«L’un des objectifs est de créer un premier lien avec ces personnes, quitte à ce qu’elles contactent par la suite nos associations, explique Roxane Aubry, de SOS Femmes. Dans le cas de notre association, nous voulons aussi les informer sur les aides dont peuvent bénéficier celles qui veulent quitter le métier.» «Il s’agit de leur donner tous les outils pour qu’elles puissent prendre des décisions éclairées et ainsi devenir plus autonomes et moins vulnérables, poursuit Michel-Félix de Vidas, porte-parole d’Aspasie. Mais la question du financement de ces cours reste ouverte…»

Détournement de logis

Un autre volet de la loi consiste à exiger des lieux où la prostitution se pratique un préavis du Département de l’aménagement prouvant qu’ils sont propres à une activité commerciale. Il s’agit d’éviter de soustraire des logements à un marché tendu.

Les associations avaient critiqué la mesure, notamment si celle-ci devait concerner des petits studios partagés, craignant que des prostituées ne se retrouvent dépourvues de logis. Elles n’ont pas été suivies par les députés. «Ces locaux doivent être professionnels, argue Anne Marie von Arx Vernon. La prostitution en logement accroît les risques de traite.»

(TDG)

Créé: 10.03.2017, 18h23

Articles en relation

Les salons de massage vont subir un tour de vis

Genève Le Conseil d’Etat veut mettre le holà à l’installation de ces lieux de prostitution dans des villas et des logements soumis à la LDTR. Plus...

Lausanne réduit fortement sa zone de prostitution

Rue de Genève Les élus ont accepté la proposition qui éradique le racolage de la rue de Genève notamment. Malgré une opposition marquée des Verts et de l'extrême gauche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bolsonaro chez Trump
Plus...