Des fans au «sang grenat» font la fête et évoquent le passé du club

EsplanadeAprès le match, les supporters défilent devant le stade de la Praille. Morceaux choisis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après le match suivi sur les gradins, les supporters de Servette ont prolongé la fête dimanche sur les bancs de bois installés pour l’occasion devant le stade de la Praille. Gobelet de bière en main, les mordus en casaque grenat refont le match du jour, saluent la promotion du club en Super League et évoquent leurs plus lointains souvenirs de foot. Sportifs et intimes. Heureux et malheureux.

Il est passé 18 h. Olivier Schmid arrive sur l’esplanade aux odeurs de grillades avec son fils Kylian (11 ans), «oui comme Kylian Mbappé le joueur du Paris Saint-Germain», sourit-il. Assistant administratif dans les soins à domicile, ce supporter genevois a grandi aux Charmilles, juste à côté du vieux stade: «Je m’en souviens comme si c’était hier: enfant, j’entendais depuis mon lit les acclamations des supporters lorsque Servette ouvrait le score. ça vous marque, ces choses-là», dit-il en plaquant sa main sur le cœur. Olivier Schmid avait l’âge de Kylian durant «la belle époque» du club, il y a quarante ans. «Pour être précis, la fameuse année 1979, quand on a gagné quatre titres, j’avais 10 ans. Et aujourd’hui, pour cette fête de la promotion en Super League, je viens avec mon fils, c’est tout un symbole, non?»

Cette saison 2018-2019, poursuit-il, il la sentait bien: «On avait jamais aussi bien commencé le championnat. Alors autant dire que la promotion, j’y ai cru depuis le début et je ne suis pas surpris par cette fin heureuse.» Il soupire et jette un regard en direction des peupliers bordant le stade: «Aujourd’hui, le stade n’est plus celui de mon enfance à la Servette. Celui de la Praille manque d’histoire, il est un peu froid.» Pas de quoi ébranler sa foi: «L’histoire, avec un grand H, elle commence ici et maintenant!»

Anne Perret, 58 ans, est traversée par la même ferveur: «J’avais 2 ans quand mon père m’a emmenée au match aux Charmilles. On habitait le quartier.» En faisant défiler des photos de vieux maillots et de fanions vintage sur son téléphone, elle évoque les plus beaux moments du club: «J’avais 18 ans en 1979.» Elle scande le nom des joueurs, les dates, les coupes comme on récite le chapelet. Elle élude quelques défaites cuisantes avant d’en venir au sujet qui fâche, une plaie encore béante: «La faillite en 2005, c’était la fin du monde.»

Quoi qu’il en soit, que son club fétiche perde ou gagne, Anne Perret ne décroche jamais: «Je ne vais jamais guérir, mon sang est grenat, c’est tout.» À ses côtés, son amie Nadine Brand confirme le diagnostic: «Comparé à elle, je suis une assistante supportrice…» Employé aux CFF, Patrick Brand, 54 ans, est sur la même longueur d’onde qu’Anne Perret: «Je suis même pire qu’elle en fait. Une défaite de l’équipe et j’en suis malade.» Lui aussi a foulé ses premiers gradins en tenant la main de son père. Un sujet sensible: «En 2005, la faillite du club a été annoncée à 7 h du matin dans les médias. Trois heures plus tard, mon père mourait.» Il avale une gorgée de bière. «Aujourd’hui, en pensant à la promotion de Servette, je pense à lui plus que jamais.» (TDG)

Créé: 26.05.2019, 22h02

Articles en relation

Servette FC: Le bonheur

Football Les Grenats retrouvent la Super League. Chronique d'une ascension et retour sur l'histoire d'un club de légende Plus...

La Praille va fêter ses héros dans une communion symbolique

Football Servette recevra dimanche le trophée de champion de Challenge League à l’issue de son match contre Kriens. La fête se prolongera. Plus...

Après l’euphorie, Servette devant ses responsabilités

Football La fabuleuse soirée de vendredi ensoleille encore les esprits grenat. Il faut maintenant être à la hauteur des lumières promises. Plus...

Vidéo: Servette monte en Super League

Servette Servette FC a battu 3-1 le Lausanne Sport. Les supporters ont laissé éclater leur joie en envahissant la pelouse. Plus...

Galerie photo

Des fans au «sang grenat» font la fête et évoquent le passé du club

Des fans au «sang grenat» font la fête et évoquent le passé du club Après le match, les supporters défilent devant le stade une bière à la main.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...