La fan zone tient son finaliste de rêve

Coupe du monde de footLe Grand Genève s’était à nouveau donné rendez-vous à Plainpalais. Près de 14 000 fans de foot, dont une minorité de Belges.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle aligne les grosses affluences, signe à chaque fois un sans-faute sécuritaire et se rapproche de la finale sans coup férir. La fan zone de Plainpalais est l’équipe qui gagne tous ses matches, elle ne connaît pas la défaite.

Cela s’est vérifié une fois encore ce mardi soir, à l’occasion d’une confrontation entre voisins qui ne cherchent pas l’embrouille, ni sur la pelouse d’un stade trop neuf – celui, à l’ambiance aseptisée, de Saint-Pétersbourg – ni sur le ghorr du beaujolais, ce revêtement de brique pilée qui donne aux semelles des couleurs de diable rouge. Les Belges sont dans la place, mais ils sont minoritaires. Le Grand Genève est depuis longtemps déjà l’animateur principal de cette Foot Arena. Il a son hymne, la Marseillaise, reprise en chœur sur le coup de 20 h par près de 10 000 supporters français. On exagère? Non, en se souvenant de la foule bleu-blanc-rouge réunie lors du quart de finale très déséquilibré contre l’Uruguay, le coq conquérant a encore gagné des ergots.

L’écran géant à quatre faces en réserve trois à la bande à Deschamps. C’est le tarif. La quatrième, côté Henri-Dunant, se regarde à l’ombre, pendant que le soleil, se couchant derrière les immeubles de l’avenue du Mail, éclaire jusqu’au dernier rayon les futurs vainqueurs. Il y a comme ça des signes qui ne trompent pas. Et qui, de fait, encouragent les solidarités d’avant-match. Un jeune couple de Belges portant le maillot flambant neuf de leur équipe. Morgane et Thomas. Ils viennent de Namur, à une heure de train de Bruxelles.

Jolie ville, beaux regards. Lui travaille dans une enseigne de cuisine rapide; elle a fini sa thèse à l’Université de Genève. Le foot? «Moi, c’est tous les deux ans, Euro et Coupe du monde, quand la Belgique est qualifiée», glisse-t-elle en souriant.

Sa dernière soirée de ballon rond avant longtemps. Morgane ne le sait pas encore. On les suit, elle et son compagnon, jusqu’au point de jonction avec leurs compatriotes. Les amis viennent de Liège, Anvers et Ostende. Présentations rapides mais chaleureuses. La Belgique est bien représentée, Wallons et Flamands réunis, affichant le même drapeau miniature sur les joues, soutenant leur équipe dans une ferveur commune qui se moque des frontières internes.

On se sent bien avec eux, ils pratiquent une forme de chauvinisme sans ostentation, ils ressemblent à leurs joueurs. Sauf qu’à l’heure de jeu, pour palper du mollet victorieux, il faut changer de camp, repasser de l’ombre à la lumière et se rapprocher à nouveau de ce Village du Soir qui, sur le plan de l’ambiance, donne l’heure festive et la tournure réelle des événements en cours.

La France va gagner. Sur le front de ce bar ouvert dominant la foule, cela ne fait pas un pli. «Marchons, marchons» comme dit le refrain patriotique. Ils marchent et font bloc, avant de revenir dimanche, plus nombreux encore. Ils étaient 14 000 fans de foot ce mardi soir sur Plainpalais. Ils seront autant sinon plus le 15 juillet pour la finale. (TDG)

Créé: 10.07.2018, 23h10

Articles en relation

La fan zone réussit sa Coupe du monde

Plainpalais L’adresse en plein air la plus fédératrice de Genève fait l’unanimité auprès du public et des professionnels. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suisse, nid d'espions
Plus...