Passer au contenu principal

Des évangélistes distribuent des bibles aux élèves

Des jeunes ont été abordés à la sortie du Cycle de Drize par l’Association internationale des Gédéons. Elle n’en est pas à son coup d’essai.

Le cycle de Drize.
Le cycle de Drize.
Laurent Guiraud

Des parents d’élèves du Cycle de Drize, à Carouge, ont vu rouge hier, quand leurs enfants âgés de 12 à 15 ans ont ramené à la maison des exemplaires du Nouveau Testament reçus à la sortie de l’école. A l’origine de cette distribution: l’Association internationale des Gédéons, une organisation évangélique américaine. La direction de l’école a été informée hier, par la presse, de l’affaire. Une telle organisation a-t-elle le droit de distribuer des textes religieux aux abords des écoles? Pierre-Antoine Preti, porte-parole du Département de l’instruction publique (DIP), explique que «les règles en matière de colportage sont communales. En l’occurrence, il appartient à Carouge de statuer sur cette distribution.» Du côté de la Commune, on a aussi appris la nouvelle par les médias: «Cette organisation n’a pas demandé d’autorisation d’utilisation de l’espace public. Et de toute manière, nous ne l’aurions pas délivrée pour une distribution de matériel religieux près d’une école, dit Nicolas Walder, conseiller administratif. Comme nous aurions refusé l’autorisation à une entreprise qui démarcherait les élèves avec des produits gratuits.»

De quels moyens d’action disposent le Département contre ces actions de prosélytisme? «DIP et directions d’établissements peuvent intervenir sur le territoire scolaire, préau inclus, durant les heures d’école, indique Pierre-Antoine Preti. Ils n’ont en revanche aucune possibilité de le faire hors de ce territoire. Au mieux, il est possible d’informer les autorités communales et la police.» Nicolas Walder ajoute: «Nous pouvons faire intervenir la police municipale pour chasser un groupe et le sanctionner s’il ne possède pas les autorisations nécessaires. Aujourd’hui, nos agents auraient pu intervenir mais il aurait fallu que la direction du Cycle les informe. Ils ne peuvent pas avoir l’œil partout.» Le DIP précise que «le lieu de la distribution n’était pas dans le champ de vision de l’équipe pédagogique». L’utilisation de l’espace public par des mouvements religieux devrait être précisée dans la future loi sur la laïcité. Le texte en consultation stipule notamment que «toute manifestation religieuse sera soumise à autorisation». Et Nicolas Walder commente: «Le cas de Drize est une exception; en général la cohabitation avec les organismes religieux ne pose pas problème à Genève. Il faut pouvoir mieux contrôler ce genre de cas qui mettent le feu aux poudres.»

L’Association internationale des Gédéons n’en est pas à son coup d’essai: des bibles ont déjà été distribuées en 2010 au Cycle de l’Aubépine et ailleurs en Suisse romande. Le DIP n’a pas eu connaissance d’autres cas.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.