Un évangéliste homophobe invité à prêcher à Genève

GenèveLe pasteur, connu pour ses positions contre l’homosexualité et l’avortement, devrait participer à une journée de prière le 31 mai.

Lou Engle à Nashville en 2007.

Lou Engle à Nashville en 2007. Image: CC-BY Eden Frangipane

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lou Engle, pasteur évangélique américain connu pour ses positions extrémistes sur l’homosexualité et l’avortement, prêchera-t-il à Genève? Le prédicateur controversé est invité à participer à une journée de jeûne et de prières le 31 mai à l’Uptown Geneva de 14 h à 2 h. Quelque quatre cents personnes sont attendues.

«Sa venue reste encore à confirmer», tempère Stéphane Hostettler, président de l’Eglise évangélique libre de Genève. Les organisateurs demeurent prudents. Leurs confrères vaudois ont récemment dû renoncer à faire venir Lou Engle à la suite d’un début de polémique.

C’est que le pasteur américain n’est pas du genre à laisser indifférent. A la tête de The Call, organisation religieuse américaine réunissant plusieurs centaines de milliers de personnes, le leader évangélique prône lors de ses rassemblements une lecture stricte de la Bible. Ses thèmes de prédilection: la lutte contre l’homosexualité – qu’il compare à un «esprit d’anarchie» – et l’avortement. Lou Engle estime que «les gouvernements doivent être soumis à Dieu et qu’il faut appliquer la loi biblique dans la société», ajoute Philippe Gonzalez, sociologue à l’Université de Lausanne et auteur de Que ton règne vienne, des évangéliques tentés par le pouvoir absolu.

Le prédicateur américain avait déjà suscité une polémique en 2010 en saluant les efforts du gouvernement ougandais dans sa lutte contre l’homosexualité. Celui-ci prévoyait notamment l’emprisonnement à vie ou la peine de mort pour les gays et lesbiennes.

La manifestation du 31 mai à Genève est organisée par le pendant local de The Call, The Call Geneva. La structure, qui rassemble des églises et œuvres locales, nationales et internationales, a vu le jour en 2012. Elle a organisé son premier grand rassemblement en décembre de la même année à la cathédrale Saint-Pierre. Plus d’un millier de personnes étaient présentes. «Nous ne connaissions pas ce mouvement, nous n’avions pas de raison de leur refuser ce bâtiment», confie Charlotte Kuffer, présidente de l’Eglise protestante de Genève. Elle reconnaît aujourd’hui que ce lieu très symbolique n’est «peut-être pas le plus approprié»: «Si nous ne condamnons pas les mouvements tels que The Call Geneva, nous ne souhaitons en revanche pas les cautionner. Leur positionnement théologique, politique, et dans l’espace public est totalement étranger à notre république laïque.»

Le 31 mai, The Call Geneva se réunira cette fois à l’Uptown Geneva, derrière la gare. Les organisateurs souhaitaient louer le Bâtiment des Forces Motrices, pouvant accueillir près de 1000 personnes. Cet édifice étant aux mains de l’Etat, son règlement interdit l’organisation de toute manifestation religieuse, politique ou syndicale en ses murs. (TDG)

Créé: 07.05.2014, 11h27

Autorités interpellées

La Fédération genevoise des associations lesbiennes, gaies, bi et transgenres (LGBT) a demandé aux autorités, mercredi dans un communiqué, de «prendre position publiquement et de condamner les appels à la haine» du prédicateur.

«Nous examinerons ces prochains jours si des délits pénaux ont été commis par Lou Engle, ce qui pourrait nous mener à prendre des mesures pour préserver l’ordre public, a déclaré François Longchamp, président du Conseil d’Etat, mercredi, lors du point presse hebdomadaire. Il a toutefois attiré l’attention sur le fait qu’il ne suffisait pas «de choses ineptes», mais que les faits devaient avoir «un caractère pénal».

La maire de la Ville de Genève, Sandrine Salerno, regrette de son côté qu’«aucune base légale ne permette d’interdire et de condamner des propos homophobes. Si la nouvelle Constitution genevoise précise bien que «nul ne doit subir de discrimination du fait de son orientation sexuelle», elle n’est pas directement applicable tant que le Code pénal suisse ne sera pas modifié dans ce sens.» En 2013, le Grand Conseil a soumis à l’Assemblée fédérale une résolution demandant la pénalisation de l’homophobie. Les Chambres ne se sont pas encore prononcées sur le texte.

Au vu de la polémique naissante que crée la venue de Lou Engle, les organisateurs – The Call Geneva, structure qui rassemble des églises et des œuvres locales, nationales et internationales – assurent qu’ils seront «très vigilants» aux propos tenus par le prédicateur. Les associations LGBT ont prévenu qu’«elles se laissaient la possibilité d’organiser des actions de protestation si la présence de Lou Engle à Genève était confirmée», prévient Stéphania Zourdos, coprésidente de la Fédération.

CG

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...