Des étudiants s’affrontent avec des robots-ascenseur

TechnologiesLe concours de robots organisé par la Haute école d’ingénierie se tient ce samedi lors de la Nuit de la Science et oppose quinze équipes.

Les étudiants en première année à la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia), en génie mécanique et microtechnologie, doivent concevoir un robot sur un thème donné.

Les étudiants en première année à la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia), en génie mécanique et microtechnologie, doivent concevoir un robot sur un thème donné. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’an passé, Simplet et sa pince, Tankafé et ses chenilles ou encore le Dahu et sa patte de travers se côtoyaient dans l’arène. L’enjeu: être le meilleur robot-serveur pour remporter le concours. Cette année, le «Sans-efforceur 2.0» se frottera au «Height bonus system» pour prétendre au titre du meilleur ascenseur écologique! Chaque année depuis dix ans, les étudiants en première année à la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture (hepia), en génie mécanique et microtechnologie, doivent concevoir un robot sur un thème donné.

Pour l’édition 2016 du concours, qui se tient à la Nuit de la Science ce samedi, les élèves doivent imaginer et réaliser un prototype d’ascenseur autonome capable de récupérer l’énergie de sa descente pour remonter ensuite le plus haut possible dans un tube en Plexiglas. Le tout en 16 semaines de travail et avec un budget de 300 fr.

«L’ascenseur doit descendre de deux étages, déposer automatiquement ses trois passagers, puis remonter», explique Anthony Girardin, chargé d’enseignement en microtechnique et co-organisateur du concours. Pourquoi avoir choisi le thème de l’ascenseur? «Nous avions d’abord pensé à un robot capable de ramasser des légumes. C’était l’occasion de faire travailler de concert des étudiants de l’ex-Ecole d’Ingénieurs de Genève et de l’ex Ecole d’ingénieurs de Lullier, qui sont tous désormais réunis à hepia. Mais nous voulions montrer que nous travaillons aussi sur les questions liées à l’écologie et à la récupération d’énergie. D’où l’idée de l’ascenseur. Cette technologie existe déjà mais sur un faible nombre d’ascenseur, sur les plus récents seulement.»

Ce concours s’inscrit dans une autre approche de la pédagogie développée à hepia pour renforcer l’autonomie et la motivation d’apprentissage des étudiants. Il leur permet de mesurer les contraintes pratiques inhérentes à leur profession, «soit de découvrir le mode de fonctionnement d’un projet, d’apprendre à se répartir les tâches, à mettre en pratique ce qu’ils apprennent en classe, à respecter un cahier des charges. Et cela leur montrer l’utilité de certains cours non-techniques, comme la communication ou la gestion de projet!» Sans oublier les aspects scientifiques, de la mécanique à l’électronique. «Nous sommes là pour les conseiller mais nous leur laissons une grande autonomie, pour favoriser leur imagination. Ils apprennent par l’erreur aussi, et peuvent constater quelles sont leurs faiblesses.» Une quinzaine d’équipes s’affronteront samedi, avec des projets tous différents, du système à ressort à celui équipé d’un moteur électrique.

Le concours a lieu samedi 18 h à 20 h au parc de la Perle du lac, emplacement 22.

Créé: 08.07.2016, 10h54

Un projet d'ascenseur modélisé.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève éteint ses lumières le 26 septembre
Plus...