D’étranges stèles ornent le cimetière des Rois

GenèveQuatre pierres tombales et une énorme boule de marbre sont apparues en fin de semaine. Qu’est-ce?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elles ont fleuri sans crier gare dans le cimetière des Rois, cette fin de semaine. Elles? Une, deux puis finalement quatre stèles funéraires ou pierres tombales qui interpellent, ainsi qu’une énorme boule, à pustules certes, mais d’un magnifique marbre blanc.

Si parmi les pierres, deux sont vierges de toute inscription, leurs cousines comportent des mots étranges: «Ici reposent les secrets des promeneurs du cimetière des Rois», lit-on sur la première, garnie d’une petite fente genre boîte postale. Le message de la seconde, qui a très vite été recouverte vendredi, interpelle davantage: «Je vous avais dit que je n’allais pas très bien», découvre-t-on sur la stèle joliment taillée.

Qui les a mises là, et pourquoi? Une signature discrète sur le côté de la «boîte aux lettres» fournit un début de piste. La Française Sophie Calle, sa conceptrice, est une artiste plasticienne, photographe, femmes de lettres ou encore réalisatrice, dont les œuvres ont été couronnées de nombreux prix.

On l’a compris, c’est une «performance artistique» qui a pris possession du Panthéon genevois. Elle devait être tenue secrète jusqu’à son inauguration. Mais on n’intervient pas au cimetière des Rois, très fréquenté, sans taquiner la curiosité du promeneur…

Conseillère administrative en Ville de Genève, Esther Alder nous le confirme donc, sans tout dévoiler évidemment: «Il s’agit d’une exposition dont le vernissage aura lieu le 15 septembre et qui durera jusqu’au 30 novembre. Il y aura une quinzaine de sculptures, et de nombreux artistes genevois y participent.»

Dans un cimetière, la chose n’est tout de même banale. La magistrate s’en explique: «Depuis mon entrée en fonction, j’ai souhaité une ouverture dans ce domaine. Cela a été fait, par exemple, en déménageant le Service des pompes funèbres à la villa Concorde. Au début, il y a eu des réticences de la part des riverains, mais depuis tout se passe bien. Je suis convaincue que l’on peut créer dans les cimetières, qui sont aussi de magnifiques parcs, des espaces de partage avec la population. Et y proposer des événements. Nous y avons déjà organisé des visites bien sûr, mais aussi des contes, des lectures, des temps de poésie, des concerts. Ceci tout en respectant le recueillement et la décence des lieux.»

Cet événement, fruit d’une collaboration avec le Département de la culture dirigé par son collègue Sami Kanaan, et des artistes genevois, marque également les 150 ans des pompes funèbres de la Ville, fêtés cette année.

L’idée d’une telle exposition n’a pas été simple à imposer. Vincent Du Bois, sculpteur sur pierres genevois, en a été à l’origine: «Le projet est né il y a trois ans. Au début, il y a eu beaucoup de réticences. Il est vrai que cette expo est audacieuse, originale, et la symbolique des cimetières n’est pas simple à aborder. Il y a tellement de craintes sur l’éthique, la paix des morts… Mais l’expo questionne sur le fond: que deviennent nos cimetières, leurs tombes, l’intérêt que portent les familles aujourd’hui à les orner de sculptures, de pierres tombales. Nous inviterons les visiteurs à penser aussi à cela.» Sous quelle forme définitive? Réponse le 15 septembre.

(TDG)

Créé: 03.09.2016, 12h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...