Passer au contenu principal

L’étranger est un électeur presque comme les autres

Si la participation des étrangers est inférieure à celle des Suisses, cela tient avant tout à leur condition sociale.

Globalement, les étrangers votent comme les Suisses. Mais le questionnaire a permis de constater des différences par communauté, qui s’expliquent par les différences sociales mais également parfois par l’histoire politique des pays d’origine.
Globalement, les étrangers votent comme les Suisses. Mais le questionnaire a permis de constater des différences par communauté, qui s’expliquent par les différences sociales mais également parfois par l’histoire politique des pays d’origine.
Martial Trezzini/Keystone

Depuis 2005, les étrangers résidant depuis au moins huit ans en Suisse ont acquis à Genève le droit de vote au niveau communal (sans l’éligibilité). Or, scrutin après scrutin, leur taux de participation reste moins important que celui des Suisses. Avec toutefois de très grosses variations selon les communautés. Au premier tour des élections municipales, le 19 avril 2015, la participation des Suisses était de 41,5%, celle des étrangers de 27,8%.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.